Bertrand Piccard (Solar impulse) : "la France a créé un enthousiasme sur la COP21"

  • A
  • A
Bertrand Piccard (Solar impulse) : "la France a créé un enthousiasme sur la COP21"
Partagez sur :

Le président et pilote de Solar Impulse a néanmoins estimé qu'il ne fallait pas culpabiliser l'être humain de se développer. 

INTERVIEW

Alors que la COP 21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre à Paris, doit permettre de parvenir au premier accord universel contre le réchauffement climatique, en trouvant les moyens de le limiter à deux degrés Celsius, Bertrand Piccard, président et pilote de Solar Impulse, a estimé jeudi sur Europe1 qu'il fallait davantage parler des solutions.

"Ne pas décourager". "Au niveau climatique, tout se dérègle, il y a davantage de gaz carbonique dans l'air et la nature n'arrive pas à s'adapter", a pointé Bertrand Piccard qui préfère parler de "dérèglement" climatique que de "changement".

Néanmoins, selon lui, "il faut arrêter de parler des problèmes et plutôt parler de solutions sinon les gens sont découragés". "Il ne faut pas culpabiliser l'être humain de se développer", a-t-il souligné tout en ajoutant : "mais il ne faut pas faire de développement avec un gaspillage d'énergie".

"On ne peut pas demander au gens de marcher, ils veulent des voitures", a-t-il expliqué en exemple. Pour lui la solution passe par du développement mais durable : "une voiture mais une voiture éclectique, une maison mais une maison isolée".

La COP21 "enthousiasmante". Selon lui, "la France a créé un enthousiasme sur la COP21" ce qui est positif car selon lui "la nature depuis 30 ans est otage des politiques". "Il faut dépolitiser le débat et ceux qui peuvent le faire, ce sont les industriels", a-t-il estimé.