Bernard Debré : "il faut que l'on interdise le bitcoin"

  • A
  • A
Bernard Debré : "il faut que l'on interdise le bitcoin"
Bernard Debré sur Europe 1.
Partagez sur :

Le député Les Républicains a récemment commandé de la drogue sur internet pour sensibiliser sur la facilité avec laquelle il est possible de se procurer de telles substances.

INTERVIEW

C'est une expérience originale à laquelle s'est livré le député Les Républicains Bernard Debré... En croisade contre les drogues, le député a décidé de commander de la drogue sur internet. Objectif : sensibiliser sur la facilité avec laquelle il est possible de se procurer de telles substances. Invité dans Europe Midi, il est revenu sur les enseignements de cette expérience et a affirmé sa volonté de faire interdire le bitcoin.

De la drogue depuis les Pays-Bas. La première expérience de Bernard Debré a été réalisée sur l'internet du quotidien, celui auquel il est possible d'accéder via Google par exemple. "On se connecte sur un site des Pays-Bas et on commande des champignons hallucinogènes ou de la marijuana alors que ce n'est même pas en vente libre aux Pays-Bas", explique le député. "Vous payez avec votre carte bleu avant que l'on vous envoie par La Poste avec un timbre des Pays-Bas deux enveloppes kraft avec, à l'intérieur, deux petites protections en plastique pour éviter que ce ne soit détecté", poursuit-il.

Le darknet, supermarché géant. Le députe s'est également livré à une deuxième expérience en passant par le darknet. "Vous passez par un logiciel, Thor, vous payez et vous rentrez dans des sites absolument invraisemblables où vous avez tout : les kalachnikovs, les images les plus pornographiques, les sites pédophiles et la drogue", raconte Bernard Debré. "Il y a 36.000 sites de cocaïne avec des commentaires, 'celui-là il est bien, celui-là il est moins bien, cette cocaïne là est formidable'", détaille-t-il. Le paiement s'effectue alors en bitcoin. "C'est une cyber monnaie qui est tout à fait autorisée, mais qui sert essentiellement à blanchir de l'argent", précise le député. "C'est incroyable qu'elle soit totalement autorisée. Ça a été interdit dans un certain nombre de pays parce que sans bitcoins le darknet n'existe plus", avance-t-il.

Responsabiliser les acteurs. Avec ces deux expériences, le député a cherché à démontrer "d'une part qu'il y avait une action à mener vis-à-vis des Pays-Bas en leur disant 'écoutez, vous avez autorisé la vente de cannabis chez vous, mais ce n'est pas une raison pour l'exporter quand c'est interdit dans les autres pays' et puis vous avez aussi interdit d'autres drogues que l'on peut aussi se procurer". Bernard Debré souhaite également "que les douanes fassent un peu plus attention, même si elles commencent". Enfin, le député et médecin de profession demande l'interdiction du bitcoin. "Il faut que l’on interdise cette monnaie. C'est une monnaie que l'on nous dit libérale et non surveillée, et oui elle n'est surveillée par personne et sert à faire des horreurs", conclut celui que souhaite lancer une mission d'information sur le sujet.