Retrouvez les temps forts de la matinale avec Benoît Hamon

  • A
  • A
Retrouvez les temps forts de la matinale avec Benoît Hamon
Partagez sur :

A moins de trois semaines du premier tour, le candidat à la primaire du PS était l’invité exceptionnel de la matinale d’Europe 1. 

L'ESSENTIEL EN DIRECT

C’est la dernière ligne droite pour les candidats à la primaire du PS et de ses alliés. Le premier tour a lieu le 22 janvier, dans moins de trois semaines donc, et chacun des sept candidats jette ses dernières forces dans la bataille. C’est le cas évidemment de Benoît Hamon, invité spécial d’Europe 1 lundi matin. Outsider derrière les deux favoris, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, l’ancien ministre de l’Education, tenant d’une ligne très à gauche, doit faire entendre sa différence. 

>>> Retrouvez minute par minute les temps forts de la matinale avec Benoît Hamon :

  • Dans la Social Room

8h57. "Construire des logements disponibles". "On a un accès à l’immobilier de plus en plus difficile pour les jeunes ménages. Il faut construire des logements disponibles. J’aurai un programme de construction, et de lutte contre ces logements qui ont la propriété des gens qui ont investi dans des logements et les laissent vides. Il faut insister sur la nécessite d’augmenter les taxes sur les logements vacants", assure Benoît Hamon. 

8h52. D'abord revaloriser le RSA, ensuite distribuer 600 euros à tous les jeunes.  Benoît Hamon est interrogé sur le revenu universel et surtout sur son financement. "Ça ne peut pas se faire du jour au lendemain. Bien sûr que c’est réaliste. C’est sur l’ensemble du quinquennat que la question va se poser", explique le candidat. "Le premier étage, ce sera que le RSA soit revalorisé de 10% pour le porter à 600 euros et qu’il soit automatiquement distribué aux plus pauvres. Ensuite, que ces 600 euros soient distribué à l’ensemble des 18-25 ans. Pour que les jeunes et les moyens de s’insérer dans les sociétés. La piste essentielle, c’est une réforme de l’impôt sur le patrimoine."

  • Les questions des auditeurs

8h48. "Pour la reconnaissance du vote blanc et un 49.3 citoyen". Interrogé sur le 49.3, que Manuel Valls souhaite désormais supprimer après l'avoir utilisé pendant qu'il était Premier ministre, Benoît Hamon se positionne pour sa suppression. "Je supprime le 49.3 parce que je l’ai toujours combattu. C’eut été bien que Manuel Valls ne s’en serve pas quand il était Premier ministre. Je me réjouis qu’il se rallie. Mais dans les campagnes présidentielles, la vérité des uns et des autres se vérifient aussi aux actes", lance-t-il. "Je propose deux choses : Pour ce qui me concerne, je propose la reconnaissance du vote blanc. C’est un geste civique de venir dans un bureau de vote et de rie personne ne me plaît. La seconde, c’est le 49.3 citoyen. D’imposer, dès lors que 1% du corps électoral a singé, qu’une loi soit soumise à un référendum." 

8h41. "Réduire le temps de travail". Interrogé sur le chômage, Benoît Hamon expose ses grands principes. "Ça fait vingt ans qu’on dit cap sur la croissance, et qu’elle ne revient pas. On ne peut plus construire une politique publique en fonction du seul objectif de la croissance du PIB. C’est un indicateur utile, mais il y a d’autres indicateurs", explique-t-il. "Pensons-nous oui ou non qu’en raison de la révolution numérique, le travail va se raréfier ? La réponse est oui. C’est une bonne nouvelle, mais il faut repenser le partage du temps de travail.  C’est-à-dire inciter les entreprises à changer leur organisation du travail, à réduire le temps de travail. On peut le faire, à condition qu’on ne gaspille pas d’argent public."

  • L’interview de Fabien Namias

8h29. "Si je gagne, je proposerai à Macron et Mélenchon de les rencontrer". Face au risque de dispersion de la gauche, Benoît Hamon prend un engagement. "Si le 29 janvier je suis choisi, la première chose que je ferais, ce sera de proposer à Emnanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot de les rencontrer pour voir sur quelles bases nous pouvons organiser le rassemblement de la gauche", assure-t-il. Pour autant, il n'envisage pas de se désister pour l'un de ceux-là. 

8h27. "Le revenu universel n’est pas une incitation à la paresse". Benoît Hamon défend l’une des mesures-phares, : un revenu universel, de l’ordre de 600 euros, distribué à tous les Français, sans distinction. "Je vois beaucoup de monde dans le vieux monde. Il faut innover socialement. Personne n’évoque ce que va être notre rapport au travail. On sera moins salarié qu’avant. Et nos enfants auront une carrière plus hachée. Le revenu universel, c’est la nouvelle sécurité sociale. Il vise à redonner de l’autonomie à chaque citoyen par rapport à son travail", argumente l’ancien ministre. "Ce ‘est pas une incitation à la paresse. C’est la volonté de penser le monde tel qu’il est. Le travail va se raréfier, à raison du progrès technologique. Si le travail se raréfie, la question est de savoir comment notre protection sociale est financée." 

8h24. "Favorable au retour de la police de proximité". Toujours sur la sécurité, Benoît Hamon se dit favorable au renforcement des forces de police. "Incontestablement, il faut de la police en continu. Il en faut dans les quartiers. Je suis favorable au retour de la police de proximité. Nous avons dans certains pans du territoire une police intermittente. Il faut de la police en continu", insiste-t-il. "Je souhaite aussi que l’amélioration du renseignement technologique s’accompagne d’une augmentation des moyens affectés à ce renseignement, qu’il y ait donc plus d’hommes sur le terrain. Plus de moyens à la police de proximité, plus de moyens au renseignement humain", résume-t-il.


http://www.dailymotion.com/video/x57340n_benoit-hamon-il-faut-de-la-police-en-continu-sur-le-territoire_news" target="_blank">Benoît Hamon : "Il faut de la police en continu...par http://www.dailymotion.com/Europe1fr" target="_blank">Europe1fr

8h21. "Que les efforts de guerre soient sortis du calcul des déficits". Benoît Hamon plaide pour que les opérations menées par la France au Levant ou au Sahel soient poursuivies. Mais il réclame aussi un geste de la part de l'Union européenne. "Il faut que la France conserve un outil de défense complet. Ça suppose que nous maintenions le niveau d’investissements et de renouvellement de notre arsenal nucléaire. Que nous maintenions les investissements prévus", affirme-t-il. "Mais il faut aussi que nous disions eux Européens que les investissements qui sont consentis par la France soit exclus du calcul du déficit, car ils amènent à construire un bouclier pour protéger pas seulement la France. Je demande que ces investissements que les efforts de guerre qui sont faits par les seuls Français, soient sortis du calcul des déficits qui amène à être particulièrement surveillé par la commission européenne."


http://www.dailymotion.com/video/x5732es_benoit-hamon-francois-hollande-en-irak-une-bonne-decision_news" target="_blank">Benoît Hamon : François Hollande en Irak, "une...par http://www.dailymotion.com/Europe1fr" target="_blank">Europe1fr

Cette matinale spéciale est à suivre en direct sur Europe 1, en vidéo sur Europe1.fr et en Facebook Live sur la page Europe 1

Sur Twitter, les auditeurs sont invités à réagir et à poser leurs questions avec le hashtag #E1Hamon. Vous pouvez également suivre les coulisses de cette matinale sur le compte Instagram d’Europe 1 et sur Snapchat, en ajoutant dès maintenant Europe1officiel.