Benoît Hamon et le revenu universel : "Impossible du jour au lendemain, mais réaliste"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat de la primaire de la gauche propose une réforme de l’impôt sur le patrimoine pour financer l'instauration d'un revenu universel, l'une de ses principales propositions de campagne.

INTERVIEW

C’est l’une de ses mesures phares. Benoît Hamon propose l’instauration d’un revenu universel, qui pourrait monter jusqu’à 750 euros, et dont il chiffre le coût total à 300 milliards d’euros. "Ça ne peut pas se faire du jour au lendemain, mais c’est réaliste", estime le candidat à la primaire de la gauche, invité lundi d’Europe 1.

5 ans de réflexions. "Quand on a créé la sécurité sociale en 1945, on a créé un système assurantiel qui correspondait à 100% du PIB de l’époque", rappelle Benoît Hamon. "Aujourd’hui, avec le revenu universel, on est très loin de cela", nuance-t-il tout en indiquant que cette mesure se discutera "sur l’ensemble du quinquennat". "Ça n’est pas une mesure qui, par ordonnance, fera en sorte qu’en 2018 tout le monde ait le revenu universel du jour au lendemain. Evidemment, ça n’est pas possible à ces conditions-là."

Réforme de l'impôt sur le patrimoine. "Je souhaite que demain les jeunes aient les moyens de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle. Je m’en donne les moyens. Comment le finance-t-on ? La piste essentielle c’est une réforme de l’impôt sur le patrimoine, très inégal aujourd’hui. On parle beaucoup des inégalités de revenus, mais on devrait plutôt parler des inégalités de patrimoine, très importantes aujourd’hui", pointe-t-il. "Je veux fusionner l’ISF et la taxe foncière en créant un impôt sur les actifs nets qui ira directement financer le revenu universel d’existence comme moyen de permettre à ces jeunes de disposer d’une ressource", explique Benoît Hamon.

Disparition de l'APL ? Pour l’heure, le candidat, ignore si ce revenu universel s’accompagnera d’une disparition de l’aide au logement. "Je me refuse à dire toute de suite que tel ou telle mesure va disparaître, parce que je veux en mesurer l’impact. […] La question des APL sera appréciée à l‘aune des études que nous ferons", souligne-t-il.