Batho : Cohn-Bendit "donne tort" à Hollande

  • A
  • A
Batho : Cohn-Bendit "donne tort" à Hollande
@ Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député européen revient sur le limogeage de Delphine Batho.

Ce qu'a dit Batho ? Pas si grave ! "Je donne tort à François Hollande, parce que ses actes d'autorité, ça ne sert à rien !" Invité sur Europe 1 mercredi matin, le député européen Daniel Cohn-Bendit a déploré la méthode employée par l'exécutif. Pour l'eurodéputé, la sortie contre le budget 2014 de celle qui était (encore) ministre de l'Ecologie ne valait pas un renvoi sans ménagement du gouvernement. "Ce qu'elle a dit n'était pas si grave que ça. Jean-Marc Ayrault aurait pu dire : 'Je comprends l'émotion de Delphine Batho mais la situation est telle que le budget reste comme ça'", estime Daniel Cohn Bendit. "Si vous aviez un gouvernement où il y a vraiment une coalition, tout ça se négocie. Mais les chefs d'Etat Français, les Premiers ministres, ne savent pas négocier", tranche l'eurodéputé.

 "Ce sont des machos" :


Montebourg et son "petit pouvoir". Dans l'opposition comme chez les écolos, on n'hésite pas à dresser un parallèle entre Delphine Batho et Arnaud Montebourg, pour mieux souligner à quel point le ministre du Redressement productif est protégé, et ce, malgré "toutes les insanités qu'il a dit à droite et à gauche depuis Florange", a souligné Daniel Cohn-Bendit. "Arnaud Montebourg, il a un petit pouvoir (…) il a un courant, donc, macho macho, on ne le licencie pas !", estime le député européen. "Jean-Marc Ayrault a l'air de supporter ou de devoir supporter Arnaud Montebourg". Comme le révélait le livre Florange, la tragédie de la gauche, les  deux hommes entretiennent des relations exécrables mais le tonitruant ministre du Redressement productif sait qu'il ne risque rien… tant qu'il a le soutien de François Hollande.

Machistes, Hollande et Ayrault ? "Il y a quelque chose qui est troublant : ce gouvernement a limogé deux femmes, Nicole Bricq et maintenant Delphine Batho", a fait remarquer Daniel Cohn-Bendit. "Comme par hasard, ce sont deux femmes qui ont dit des choses clairement et là, on ne le supporte pas !", a souligné le député européen. Nicole Bricq avait occupé le poste de ministre de l'Ecologie au tout début du quinquennat avant d'être priée de prendre le portefeuille du Commerce extérieur en juin 2012 suite à un désaccord sur des forages pétroliers au large de la Guyane.

02.07 Canfin Duflot 930620

© MAXPPP

EELV doit mettre la pression. Mardi soir, lors d'une réunion de crise qui a suivi le limogeage de Delphine Batho, les écolos ont exclu de quitter le gouvernement, du moins dans l'immédiat. Une tactique approuvée par Daniel Cohn-Bendit. "Il faut savoir exactement quels sont les engagements pris par Philippe  Martin, le nouveau ministre de l'Environnement, par Jean-Marc Ayrault et par François Hollande sur la transition écologique", martèle le député européen. En fonction de ces éléments, le gouvernement et Europe-Ecologie-Les Verts doivent inscrire noir sur blanc leur "deal". "Il faut signer un nouvel accord. Et, ou on est d’accord, et on reste ; ou on n’est pas d’accord, et on part !", estime Dany le Vert.