Avec qui Laurent Wauquiez compte-t-il faire campagne ?

  • A
  • A
Avec qui Laurent Wauquiez compte-t-il faire campagne ?
Laurent Wauquiez a composé une équipe à la fois jeune, expérimentée et issue de toutes les tendances de la droite.@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Le grand favori de la course à la présidence LR s'est entouré de quelques piliers, mais surtout de nouvelles têtes.

La campagne pour la présidence des Républicains a été officiellement lancée, jeudi, avec la validation des candidatures de Laurent Wauquiez, Florence Portelli et Maël de Calan. Le premier est d'ores et déjà quasi certain de l'emporter tant il a d'avance, en termes de popularité comme de soutiens. Son équipe de campagne se forme peu à peu, autour de caciques LR mais aussi de jeunes figures encore méconnues que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes voudrait voir monter.

Geoffroy Didier à la manœuvre. Pour diriger sa campagne, Laurent Wauquiez a joué la sécurité en choisissant Geoffroy Didier. En dépit de son ralliement à Alain Juppé pour la primaire, en 2016, faute d'avoir pu lui-même obtenir les parrainages nécessaires pour se présenter, le vice-président de Valérie Pécresse à la région Île-de-France est issu de la tendance droitière de LR. C'est lui qui avait cofondé le mouvement La Droite forte avec Guillaume Peltier en 2012. Laurent Wauquiez a donc opté pour une figure plutôt jeune (41 ans) mais néanmoins connue au sein du parti, en accord avec sa ligne politique.

Des soutiens de tous horizons. Autour de lui, le candidat à la présidence LR peut aussi compter sur Éric Ciotti, au premier rang de tous ses meetings, et avec lequel il est en accord sur de nombreux sujets, notamment en matière de sécurité. Mais Laurent Wauquiez veille à montrer des signes d'ouverture à l'aile plus modérée de sa famille politique, avec les soutiens du député Damien Abad, ou encore de Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, qui fait figure de caution juppéiste.


Figures montantes. Moins connus, les députés Olivier Marleix et Aurélien Pradié l'accompagnent également dans ses réunions publiques. Le premier, 46 ans, est un ancien élu local d'Eure-et-Loir, plutôt classé parmi les gaullistes sociaux, une appellation revendiquée par Laurent Wauquiez. Le second, député du Lot, n'a que 31 ans et s'impose comme une figure montante des LR à l'Assemblée nationale.

Relais au Sénat. Au Sénat, Laurent Wauquiez a rallié deux quadragénaires : Mathieu Darnaud et Laurent Duplomb. Le premier, élu de l'Ardèche, avait gravi les échelons au sein du parti grâce à Nicolas Sarkozy, qui l'avait nommé à la secrétaire national de l'UMP aux jeunes et aux jeunes actifs en 2014. Le second a une carrière politique moins fournie mais partage avec Laurent Wauquiez un ancrage en Haute-Loire, puisqu'il est élu de la petite commune de Saint-Paulien depuis 2008.

Deux porte-paroles sarkozystes. Enfin, Laurent Wauquiez a nommé deux porte-paroles, Virginie Duby-Muller, députée de Haute-Savoie, et Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône. Deux sarkozystes pur jus, bien ancrés localement, qui manquent encore de notoriété. "Je veux faire monter une nouvelle génération, de nouveaux talents", a indiqué Laurent Wauquiez. "Nous avons fait aussi le choix de promouvoir des élus de terrain car la refondation se fera en repartant du terrain."

La refondation, Laurent Wauquiez veut également qu'elle parte de la jeunesse. Il a pour lui le soutien d'Aurane Reihanian, son ancien attaché parlementaire, qui a fondé le réseau des Jeunes avec Laurent Wauquiez et le Lab LR, un think tank composé de Jeunes Républicains.