Aubry, "la candidate du réel"

  • A
  • A
Aubry, "la candidate du réel"
@ REUTERS
Partagez sur :

PORTRAIT EXPRESS - Aubry, en congé de son poste de 1ere secrétaire, est dans les starting-blocks pour 2012.

Enarque, mère d’une fille et maire de Lille… Voici, le portrait express de Martine Aubry, candidate à la primaire du PS.

Le moment de sa candidature - A 60 ans, Martine Aubry, première secrétaire du PS, a officialisé le 27 juin sa candidature à la primaire socialiste depuis son fief de Lille à la Gare Saint-Sauveur, une ancienne gare de marchandises devenue centre culturel.

Son slogan, ses idées - "Il ne faut jamais perdre le contact avec la réalité. Ici, on est dans la réalité. Ça permet d'éviter d'oublier l'essentiel"… On l’aura compris, Martine Aubry se présente comme la candidate du "réel", par opposition à un président bling-bling coupé de la population. Elle s'est notamment positionnée pour un plafonnement des salaires des patrons (dans les entreprises publiques) et le retour des emplois-jeunes.

SES FAITS D'ARMES

Points forts - Première secrétaire du parti, Martine Aubry a la légitimité naturelle pour se présenter à la présidentielle de 2012. Elle peut également se targuer d’avoir su unir son parti pour les régionales et les cantonales.

Points faibles - Selon ses détracteurs, Martine Aubry suscite peu d'empathie ou de sympathie chez les Français. Ayant longtemps hésité à se lancer, elle fait figure de candidate qui n’a pas vraiment envie d’aller à l'Elysée.

Côté vie privée - Née le 8 août 1950 à Paris, elle est la fille de Jacques Delors, ex-ministre des Finances et ancien président de la Commission européenne. Divorcée et remariée depuis 2004 à l'avocat lillois Jean-Louis Brochen, elle est mère d'une fille, Clémentine.

Son CV - Enarque, détachée au Conseil d'État entre 1980 et 1981, Martine Aubry a travaillé au ministère de l'Emploi et des Affaires sociales entre 1981 à 1987 puis a passé deux ans dans le privé, à la direction du groupe Péchiney. Ministre de l'Emploi et de la Solidarité à partir de 1997, elle démissionne en octobre 2000 pour se consacrer à la campagne des élections municipales de Lille. Après l'échec de la gauche à la présidentielle de 2007, elle est élue en novembre 2008 Première secrétaire, face à Ségolène Royal lors du congrès de Reims.

SON POIDS DANS LA CAMPAGNE

Sa place dans les sondages -Selon de récents sondages, Martine Aubry fait jeu égal avec François Hollande dans la course à l’investiture.

Ses soutiens - La Première secrétaire peut se targuer de la plus longue liste de soutiens au sein de son parti, de Benoît Hamon (aile gauche) à Jean-Christophe Cambadélis (strauss-kahniens), en passant par Bertrand Delanoë et Laurent Fabius. Des personnalités comme Sandrine Bonnaire l'ont également raliée dans son équipe de campagne.

Ce que Sarkozy pense d'elle - Pour Nicolas Sarkozy, dont les propos ont été rapportés dans Le Parisien, elle est "méchante" et "les Français ne votent pas pour des gens méchants".