Au FN, l'hypothèse du Frexit est définitivement enterrée

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Marine Le Pen estime désormais que la sortie de l'euro n'est plus un objectif, conséquence logique du départ de Florian Philippot du Front national.

Au Front national, discrètement, une page s'est tournée. La sortie de l’euro a disparu du programme du parti depuis le départ de Florian Philippot. Marine Le Pen n’en parle plus et évoque aujourd'hui une renégociation des traités européens, comme dans ses confidences livrées à Valeurs actuelles, mercredi. Elle y assure qu’on "peut améliorer la vie quotidienne des Français dans de nombreux domaines sans quitter l’Europe, ni l’euro".

"70%" de son programme présidentiel. Lorsqu'on regarde les positions passées de la présidente du FN, le revirement est spectaculaire. En pleine campagne présidentielle, Marine Le Pen promettait un référendum sur la sortie de l’Union européenne. Et si les Français répondaient "non", elle prévoyait de quitter le pouvoir. "Je partirai parce que si le résultat est "non", à peu près 70% de mon projet ne pourrait pas être mis en oeuvre", affirmait-elle en mars sur Europe 1.

Première inflexion mi-mai. Mais au lendemain du second tour et de son échec, elle opérait déjà une première inflexion : "J’ai conscience que le sujet de l'euro a inquiété considérablement les Français, de manière presque irrationnelle", reconnaissait-elle dans sa première interview post-présidentielle. Une sorte de marche-arrière en forme de désaveu pour Florian Philippot, qu'elle a peu à peu lâché. En coulisses, les anciens mégretistes que sont Nicolas Bay et Philippe Olivier ont gagné en influence.

"Résolument européens". Une fois que son bras droit a claqué la porte du parti frontiste, mi-septembre, elle a changé de vocabulaire : "Nous sommes résolument européens. Nous devons définir quels mécanismes démocratiques nous permettront de réformer l'Europe", tonnait-elle lors de son discours de Poitiers, le 1er octobre. Après dix ans à convaincre les électeurs qu'il fallait quitter l'euro, Marine Le Pen a opéré un virage radical en seulement quelques mois sur cette question.