Attentats à Paris : "Les Européens n'ont pas écouté ce que nous disions", dit Bachar El-Assad

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW - Bachar El-Assad s'est exprimé samedi, au lendemain des lourds attentats qui ont frappé la France. 

EXCLUSIF

Ses prises de parole sont rares mais, samedi, Bachar El-Assad a souhaité réagir en exclusivité au micro d'Europe 1 sur les attentats qui endeuillent la France depuis vendredi soir. Le président syrien venait de recevoir une délégation d'élus Français, à qui il a présenté ses condoléances pour les 128 personnes qui ont trouvé la mort à Paris, frappées dans des attaques coordonnées.

"Ne prenez pas ce qui se passe en Syrie à la légère". Pour Bachar El-Assad, ce qui vient de se produire dans notre pays était prévisible. "On n'a pas d'informations sur ce qu'il s'est passé, mais la question n'est pas de savoir qui ! On avait averti sur ce qui allait se passer en Europe, il y a trois ans. On avait dit : "Ne prenez pas ce qui se passe en Syrie à la légère, ça va être comme un tremblement de terre qui va se répandre autour du monde". Malheureusement, les responsables européens n'ont pas écouté ce que nous disions ! Ils ont pensé que nous les menacions !", déclare le président syrien.

"Faire des déclarations ne sert à rien !" Dans la suite de sa déclaration, Bachar El-Assad critique l'action de François Hollande et Manuel Valls qui, selon lui, n'ont "pas appris de ce qui s'est passé" lors des attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier. Selon le leader syrien, les dirigeants français se contentent de parler, sans agir. "Faire seulement des déclarations contre le terrorisme ne sert à rien : il faut le combattre et mettre en place les bonnes politiques", réclame celui qui est à la tête de la Syrie depuis quinze ans. 

Bachar El-Assad se dit prêt à coopérer, mais en échange de "sérieux" et de volonté active de la part des Français. "Ils n'ont pas besoin de le demander ! Il faut seulement être sérieux ! Là, nous sommes prêts à combattre le terrorisme avec eux, avec ceux qui le veulent vraiment !", fait savoir Bachar, qui conclut : "jusqu'ici le gouvernement français n'est pas sérieux."

"Travaillez dans l'intérêt de votre peuple !" Dans la suite de l'entretien, Bachar El-Assad adresse, à la demande du journaliste, un message à François Hollande. Bachar El-Assad, honni par l'Occident, considéré comme responsable de la guerre en Syrie, appelle François Hollande à "travailler dans l'intérêt du peuple" français. "La question que se pose tout Français aujourd'hui, c'est : Est-ce que la politique de la France depuis cinq ans était bonne pour les Français ? La réponse est non !", poursuit Bachar, qui appelle dans la foulée François Hollande à revoir ses positions. "Veut-il agir dans l'intérêt de la France ? S'il veut faire ça, il doit changer de politique."

Quant à la question d'une coopération avec le gouvernement et les services secrets tricolores, Bachar El-Assad met dans la balance une condition sine qua non : la coopération politique. "On ne peut pas faire de la coopération des services secrets sans coopération politique ! On ne peut pas affronter le terrorisme avec le renseignement quand, dans le même temps, les politiques du même gouvernement ne nous soutiennent pas."