Assemblée : François de Rugy hué pour avoir coupé Florence Parly en pleine réponse à un député

  • A
  • A
Assemblée : François de Rugy hué pour avoir coupé Florence Parly en pleine réponse à un député
La ministre a semblé surprise d'être ainsi interrompue en pleine réponse@ Capture d'écran de videos.assembléenationale
Partagez sur :

Alors qu'elle détaillait les postes de dépenses du nouveau plan d'investissements des Armées, Florence Parly a été coupée par le président de l'Assemblée. Une interruption qui a déclenché les huées des députés, mercredi.

"Merci madame la ministre", a déclaré le président de l'Assemblée nationale François de Rugy alors que la ministre des Armées, Florence Parly, étaient en train de répondre à une question au gouvernement, mercredi. Des huées se sont immédiatement élevées dans l'hémicycle.

L'heure, c'est l'heure. Deux minutes, ni plus ni moins, c'est le temps accordé aux ministres pour répondre à une question posée par un député. Et, selon François de Rugy, cette règle doit être respectée en toutes circonstances et les récriminations des députés n'y ont rien fait mercredi. Le président de l'Assemblée a coupé Florence Parly pour donner la parole à la question suivante.


>> L'incident se déroule à partir de la 59ème minute de la vidéo de l'Assemblée nationale

Coupée en pleine explication. La ministre des Armées avait commencé son intervention par un hommage aux deux soldats tués au Mali mercredi. Ce qui lui a valu des applaudissements de la part d'une assemblée debout pour l'occasion. Florence Parly a ensuite répondu à la question en évoquant les "26 milliards d'euros" qui vont être investis pour améliorer le quotidien des soldats entre 2019 et 2025. Alors qu'elle détaillait les différents postes de dépense, François de Rugy l'a coupée d'un "Merci madame la ministre". 

Le compteur a été suspendu, justifie François de Rugy. Interloquée, la ministre s'est retournée. "Je tiens à vous dire mes chers collègues que le compteur est systématiquement arrêté lorsque des hommages sont rendus et cela a été fait tout à l'heure", s'est-il justifié. Les exemples d'investissements prévus par le plan du gouvernement devront donc attendre une autre question.