Après la venue de Macron et Le Pen, les salariés de Whirlpool désabusés

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après la visite surprise de Marine Le Pen, et celle d'Emmanuel Macron, mercredi, les salariés de l'usine Whirlpool à Amiens, dont l'emploi est en sursis, ont le sentiment d'être utilisés.

REPORTAGE

C'est sans doute l'une des images qui restera de l'entre-deux tours : Marine Le Pen et sa visite surprise sur le parking de l'usine Whirlpool, suivie quelques instants plus tard par Emmanuel Macron. Au centre, les salariés, dont l'emploi est en sursis, sont déboussolés. Europe 1 est allé à leur rencontre.

"Beaucoup de bruit" pour rien ? En fin d'après-midi, le calme est revenu devant l'usine, près du piquet de grève. Quelques salariés sont encore là, échangent, un peu sonnés. Ils se demandent ce que ce grand coup politique et médiatique leur apportera. "Il ne restera absolument rien. Tout le monde est reparti à ses petites activités. Ils ont fait beaucoup de bruit, beaucoup de buzz. Mais Amiens, c'est Amiens, on n'aura plus de médias", déplore un salarié, qui a le sentiment d'avoir été, avec ses collègues, "complètement utilisé".

"Oubliés" après l'élection présidentielle. Sur le parking de l'usine, beaucoup partagent ce très désagréable sentiment : la peur d'être récupérés politiquement. "Notre mouvement, c'est notre emploi. C'est ce qui est important pour nous. Ce n'est pas du tout les politiques", maintient Gaultier. "La crainte, c'est qu'après l'élection présidentielle, on soit oubliés", confie-t-il.

Des promesses intenables. Pour Frédéric Chanterelle, délégué CFDT,  il y a une impression de déjà-vu. "Ça me fait penser à ce que ceux de Goodyear (à Amiens nord, ndlr) ont vécu, et qui n'a servi à rien", souligne-t-il. "Macron avait dit qu'il ne viendrait pas monter sur des voitures pour dire qu'il allait sauver nos emplois, puisque ce ne sera pas possible. Marine, elle, a dit que l'usine ne fermerait pas. Mais elle le sait qu’elle ne pourra rien faire !", s'agace le syndicaliste.

Simple motif d'espoir pour ces salariés : que la médiatisation de leur mouvement leur permette d'obtenir les meilleures conditions possibles pour leurs licenciements.