Après la présidentielle, le FN est en crise

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, "le débat désastreux" et la stratégie du FN sur la question de l'euro ont contribué à la défaite de Marine Le Pen.

L'ÉDITO POLITIQUE

Marine Le Pen s'attendait à mieux - 40%, voire au delà. La candidate du FN devra se contenter d'un score de 33,94% contre Emmanuel Macron, vainqueur de la présidentielle, à 66,06%. Et si Marine Le Pen ne l'avoue pas, sa nièce, elle, le dit haut et fort : "Il y a une déception". Marion Maréchal-Le Pen appelle à une réflexion sur la stratégie, une sorte d'autocritique. Quant à Jean-Marie Le Pen, il évoque clairement un échec.

Un débat désastreux. Deux raisons peuvent expliquer ces chiffres en deçà des attentes du parti : l'euro et le débat d'entre-deux-tours. Le duel télévisé face à Emmanuel Macron a été désastreux pour Marine Le Pen et lui a coûté extrêmement cher. Alors certains autour d'elle ont commencé dès dimanche à évoquer une réflexion stratégique plus en profondeur. Ils ont notamment regretté que Marine Le Pen ne soit pas allée plus vite dans la dédiabolisation, en changeant avant 2017 le nom du Front national et en s'ouvrant davantage.


L'enjeu, c'est les législatives. Tout cela pousse Marine Le Pen à réagir vite. Elle l'a annoncé dès dimanche soir avec la transformation de son mouvement. L'enjeu, c'est les législatives. Et elle mènera la bataille. Mais cette fois encore elle sera jugée sur les résultats et le nombre de députés FN élus à l'Assemblée nationale. La barre est haute. Elle veut faire de son parti la première force d'opposition. Mais gare, au lendemain des législatives, à une nouvelle défaite.