Ancien sommelier de l'Élysée : "une cave assez dingue"

  • A
  • A
Ancien sommelier de l'Élysée : "une cave assez dingue"
@ AFP
Partagez sur :

Elle contient les plus grands vins de toutes les régions françaises. La cave de l'Élysée a connu plusieurs sommeliers, dont Guillaume Joubin, invité d'"Il n'y en a pas deux comme elle".

"Elle est dingue, car c'est la cave du président de la République, donc on a forcément des bouteilles de patrimoine". Guillaume Joubin était le sommelier en chef de l'Élysée pendant le second mandat de Jacques Chirac. Invité d' "Il n'y en a pas deux comme elle" mercredi sur Europe 1, il est revenu sur son expérience auprès de l'ancien chef de l'État et sur le contenu de cette fameuse cave. "Il y avait des bouteilles achetées sous De Gaulle, Pompidou ou Mitterrand.(...) Des vieux millésimes de grands crus comme Château d'Yquem, Cheval Blanc ou Latour", a confié Guillaume Joubin.

"Toutes les régions sont représentées". Même s'il n'a pas voulu révéler le nombre de bouteilles que la cave compte, plusieurs articles de médias font état d'environ 15.000 bouteilles. "C'est une cave assez particulière, car on se doit de représenter tous les vins de France, donc il n'y a pas de vins étrangers.(...) Toutes les régions sont représentées, on ne sert pas que des Bourgognes, des Champagnes ou des grands Bordeaux", explique l'ancien sommelier en chef de l'Élysée. Mais la cave contient-elle des bouteilles qui n'existent nulle part ailleurs ? Selon Guillaume Joubin, ce n'est pas le cas. "Nous avons les mêmes grands crus et les mêmes vins que tous les grands palaces et restaurants trois étoiles au Michelin. Sauf que nous avons en plus la quantité", révèle-t-il. "Lorsqu'on a un dîner d'état de 300 personnes pour la reine d'Angleterre, on se doit de servir le même vin pour tout le monde".

"On avait un budget à tenir". Jacques Chirac ne s'est jamais défendu d'être un grand amateur de bière, élément que confirme Guillaume Joubin. "Et sur les repas protocolaires, il aimait bien prendre aussi un verre de vin rouge avec son fromage", affirme-t-il. Quant à Bernadette Chirac, elle était plutôt chargée de l'intendance. C'est d'ailleurs elle qui a fait passer l'entretien à Guillaume Joubin. "Cela s'est très bien déroulé, même si j'étais un peu impressionné.(...) Elle est dure en affaire ! On avait un budget à tenir et les budgets n'étaient pas illimités. Tout se contrôle", conclut l'ancien chef sommelier de l'Élysée.

>>> Retrouvez l'intégrale de l'émission "Il n'y en a pas deux comme elle" :