Agnès Buzyn sur Simone Veil : "C'est pour moi comme une forme de passage de relais"

  • A
  • A
Partagez sur :

La ministre de la Santé et ancienne belle-fille de Simone Veil est revenue sur le combat politique de celle qui a œuvré pour la légalisation de l'avortement.

REACTION

Elle a été la belle-fille de Simone Veil et occupe désormais le même poste qu'elle, ministre de la Santé. Agnès Buzyn est revenue sur la vie de celle qui a notamment bataillé pour le droit à l'avortement. "Je suis très très émue, voire bouleversée", a-t-elle confié au micro d'Europe 1, après la mort de Simone Veil vendredi à l'âge de 89 ans.

Un "passage de relais". "Je suis très émue en tant que citoyenne parce que je crois que tout le monde peut reconnaître en Simone Veil un grand serviteur de l’Etat et un grand serviteur de l'Europe. Je pense qu'il faut rappeler qu'elle a été une ardente défenseure de l'Europe. Et c’est aussi l’image de la femme publique, de la femme politique droite, tenace, pleine de convictions et engagée. C'est une image très très forte pour la France", a rappelé la ministre de la Santé. "A titre personnelle, puisque je la connaissais très bien, c’est très douloureux. C'est pour moi comme une forme de passage de relais. C'est très symbolique d'être dans ce ministère après elle, dans cette période-là".

"Elle était portée par ses convictions et son engagement". Au quotidien, "elle était portée par ses convictions et son engagement". "C'est une façon de faire de la politique que j'admire, sans compromis. Elle était guidée par ses convictions. C’est cette exemplarité là que que je souhaite suivre", a indiqué la ministre de la Santé. "Les droits des femmes et le droit à liberté, au respect et à la dignité, je crois que c’est ça que portait Simone Veil dans ses combats. Bien sûr, ça s’est traduit dans une loi très forte, mais je crois qu’au-delà de ça, elle irradiait le devoir de respecter la dignité et la liberté de chacun", a-t-elle conclu.

Une femme parfois secrète. En privée, Simone Veil était parfois secrète. "A la fois, elle parlait de son histoire à sa famille, mais elle avait aussi des moments secrets et de grande pudeur donc je pense que l'on ne savait pas tout", a confié celle qui a été sa belle-fille. "C'était une femme surtout très chaleureuse, très proche de sa famille, des siens, toujours à l’écoute, toujours à la recherche d'une attention qui faisait plaisir, quelqu’un qui était vraiment adoré dans sa famille", a-t-elle poursuivi.