Affaire Woerth : des policiers au siège de l'UMP

  • A
  • A
Affaire Woerth : des policiers au siège de l'UMP
@ MAXPPP
Partagez sur :

C'est la première fois que le parti de Nicolas Sarkozy est directement visé par l'affaire Woerth.

En plein débat sur la réforme des retraites, l'affaire Woerth-Bettencourt se poursuit. Mercredi, la brigade financière a même effectué une visite au siège de l'UMP, rue de la Boétie à Paris, révèle jeudi Parismatch.com.

C'est la première fois que le parti de Nicolas Sarkozy est directement visé par la procédure ouverte au printemps dernier à la suite de la publication d'enregistrements clandestins de Liliane Bettencourt.

Le parti du président visé

Selon Paris Match, les policiers se sont déplacés dans le volet de l'enquête concernant l'attribution de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de la milliardaire. Ils se seraient particulièrement intéressés aux archives intitulées "correspondance" et auraient fouillé pendant près d'une heure des documents du premier trimestre 2007.

Ce qu'ils recherchaient ? Une éventuelle trace de réception d'un courrier daté du 12 mars 2007, signé Eric Woerth et adressé à Nicolas Sarkozy, explique le site du magazine. La semaine dernière, Eric Woerth avait reconnu l'existence de ce courrier : dans cette lettre, le ministre demandait l'attribution de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre.

Les policiers "n'ont rien trouvé"

Le numéro un du parti, Xavier Bertrand, a confirmé que des policiers s'étaient rendus sur place, "en début d'après-midi" mercredi. "La police judiciaire nous avait prévenus 24 heures à l'avance. Les policiers ont expertisé les documents ayant trait à la campagne présidentielle. Ils n'ont rien trouvé et n'ont emporté aucune pièce comme l'indique le constat que nous avons signé", a expliqué, pour sa part, Eric Cesari de l'UMP.

Une porte-parole du parquet de Nanterre, qui a ordonné ce déplacement dans le cadre d'enquêtes préliminaires, a précisé qu'il s'agissait d'un "transport d'enquêteurs sur place" et non d'une perquisition.