Affaire Penelope Fillon : c'est quoi cette "Revue des deux mondes" ?

  • A
  • A
Affaire Penelope Fillon : c'est quoi cette "Revue des deux mondes" ?
La Une du site internet de la revue @ Capture d'écran Revuedesdeuxmondes.fr
Partagez sur :

Après un brillant passé littéraire, la revue aux 5.000 abonnés s'est tournée vers la politique et l'Histoire. 

Elle est dans le viseur de la justice pour avoir rémunéré Penelope Fillon pendant un an et demi. La Revue des deux mondes aurait versé un salaire de 5.000 euros bruts par mois pendant 20 mois à l'épouse du candidat de la droite à la présidentielle, le tout pour seulement deux fiches de lecture. Selon les informations d'Europe 1, une perquisition a eu lieu jeudi dans ses locaux du 7e arrondissement de Paris, dans le cadre de l'enquête du Parquet national financier sur des soupçons d'emplois fictifs entourant le couple Fillon

>> En quoi consiste exactement cette revue ? Europe 1 vous fait les présentions 

Un ami de longue date de Fillon à sa tête. Fondée en 1829, la Revue des deux mondes est détenue par l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, actionnaire de nombreux groupes allant de l'immobilier au divertissement et aux médias, et ami de longue date de François Fillon. En novembre, le milliardaire de 76 ans avait rappelé sur Europe 1 sa longue amitié avec l'ex-Premier ministre. "François Fillon, je le connais depuis plus de vingt ans, c'est le compagnon de route de mon grand ami Philippe Seguin, nous avons fait des combats ensemble", racontait-il, saluant sa victoire à la primaire de la droite.

De George Sand et Chateaubriand à Michel Onfray et Eric Zemmour. La Revue des deux mondes, l'une des plus anciennes revues d'Europe, s'appuie sur un passé littéraire brillant avec des collaborateurs comme George Sand, Chateaubriand, Sainte-Beuve, Dumas ou Musset. Désormais tournée surtout vers la politique et l'Histoire, la publication mensuelle fait sa une ce mois-ci sur François Fillon. Ses "dîners du Cercle" accueillent des personnalités politiques éclectiques dont, depuis 2014, Anne Hidalgo, Bruno Le Maire, Valéry Giscard d'Estaing ou encore Emmanuel Macron, selon le site de la revue.



Après Michel Crépu, parti à la NRF chez Gallimard, sa direction est désormais assurée par Valérie Toranian, ex-patronne de Elle. Sous sa houlette, la Revue a fait place à des contributeurs plus polémiques tels que Eric Zemmour et Michel Onfray. La prestigieuse revue comptait en 2015, selon des chiffres du Monde, "moins de 5.000 abonnés".

Stades, patinoires et casinos. Son propriétaire Marc Ladreit de Lacharrière, via sa holding Fimalac, possède notamment 20% de l'agence de notation financière Fitch ainsi que le groupe de médias en ligne Webedia (220 à 230 millions d'euros de chiffre d'affaires estimés en 2016) qui inclut des sites tels qu'Allociné, PurePeople ou 750g.

A coup d'acquisitions, Fimalac a aussi regroupé depuis 2010 une douzaine de sociétés de production françaises, parmi lesquelles Gilbert Coullier Productions ou Debjam, la société de Jamel Debbouze, et bâti un pôle divertissement complet avec la gestion de 101 salles de spectacles, dont la prestigieuse salle Pleyel à Paris, plus de 200 artistes produits et des sociétés de billetterie. Il gère en outre quatre parcs d'exposition, des stades, des patinoires, et est également présent dans 35 casinos du groupe Lucien Barrière, dont il est actionnaire à 40%. En 2006, Marc Ladreit de Lacharrière, grand collectionneur d'art - sa collection est actuellement exposée au Musée du Quai Branly à Paris - a créé la fondation Culture & Diversité, qui a vocation à "aider les jeunes issus de l'immigration", l'une des plus importantes fondations caritatives de France.

>> Marc Ladreit de Lacharrière, en novembre dernier : François Fillon "a vu que la France devait changer de logiciel"


Marc Ladreit de Lacharrière : François Fillon...par Europe1fr