Nicolas Sarkozy a reproché jeudi aux médias d'avoir donné la parole au père de Mohamed Merah, l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban, qui a laissé entendre qu'il pourrait porter plainte contre la France pour la mort de son fils.

En meeting à Nîmes, le président candidat a invité en outre les associations musulmanes à ne pas inviter de théologiens radicaux en France pour ne pas s'exposer à une stigmatisation de leur religion. "Le père du tueur, je veux le dire comme je le pense, c'est une grande erreur de lui donner aussi largement la parole dans les médias", a-t-il dit.

"Il ne le mérite pas, il y a des indécences, il y a des indignités que nous ne voulons pas entendre en France, ne serait-ce que par respect pour la mémoire des victimes et par respect pour la douleur des familles qui n'ont pas à supporter ce spectacle inadmissible d'un homme venu défendre ces idées sur nos médias", a ajouté Nicolas Sarkozy.