Affaire Guérini : un enterrement de 1ère classe

  • A
  • A
Affaire Guérini : un enterrement de 1ère classe
@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - Le socialiste Jean-Noël Guérini peut respirer. Il ne sera visiblement pas inquiété.

Le PS est visiblement en train d'enterrer le dossier Guérini. La commission d'enquête sur la fédération PS des Bouches-du-Rhône, dirigée par l'ex ministre de la défense Alain Richard, avait pourtant déniché des irrégularités étonnantes.

Existence d'une section sans adresse

La commission s'était, par exemple, étonnée de l'existence d'énormes sections de près d'un millier de militants, souvent dirigées par des élus proches de Jean-Noël Guérini. Et même une section "hors sol", sans adresse et baptisée Action socialiste.

Ces pratiques ne sont pas franchement conformes aux règles du parti, mais, elles ne sont pas, non plus, très éloignées de ce qui se pratique dans d'autres grandes fédérations socialistes, comme dans le Nord ou le Pas-de-Calais. Résultat : Martine Aubry est très embarrassée. La première secrétaire n'a pas du tout envie de se fâcher avec toutes les grandes fédérations du PS au moment où elle s'apprête à se lancer dans la primaire.

Pas de vagues avant la présidentielle

Un membre de la commission d'enquête résume : "On ne sait pas comment rédiger ce rapport. On ne peut pas mettre le feu au parti, surtout à la veille d'une présidentielle."

Alors, aujourd'hui, la direction du Parti socialiste semble surtout disposée à étouffer l'affaire. La question a été inscrite à l'ordre du jour du bureau national, le 28 juin prochain, soit le jour même de l'ouverture du dépôt des candidatures à la primaire. Autant dire que les socialistes, ce jour-là, auront la tête ailleurs. Ce qui ressemble beaucoup à un enterrement politique de première classe.