Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes abandonné : "Une décision raisonnable", pour Cohn-Bendit

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, Dany Cohn-Bendit a salué la décision du gouvernement d’abandonner la construction d’un nouvel aéroport sur le site controversé de Notre-Dame-des-Landes.

L'AVIS DE

Daniel Cohn-Bendit a félicité le gouvernement d’avoir pris mercredi la décision, après des décennies de polémique, d’abandonner la construction du très controversé aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "C’est bien, c’est raisonnable. C’était la seule décision à prendre écologiquement", a déclaré notre chroniqueur, quelques instants après l’annonce, sur Europe 1.

"Tout le monde doit prendre ses responsabilités." Daniel Cohn-Bendit demande désormais à tous les acteurs, et notamment les opposants, de "prendre (leurs) responsabilités" pour définitivement tourner la page de Notre-Dame-des-Landes. "Maintenant, tout le monde doit prendre ses responsabilités. Les opposants modérés doivent libérer les routes, et faire en sorte que l’espace de Notre-Dame-des-Landes devienne accessible à tous. Le gouvernement doit agir calmement et proposer une perspective aux paysans pour en faire un espace d’exploitation", a poursuivi l’ancien élu écologiste.

"Un projet d’un siècle dépassé." "Il va y avoir un débat public, raisonnable et apaisé, pour savoir comment réorganiser l’aéroport de Nantes. Il faut gratifier ce gouvernement d’avoir pris une décision qu’on attendait depuis 50 ans", a ajouté Daniel Cohn-Bendit. "Il y a 50 ans, la publicité pour Notre-Dame-des-Landes était : 'un Concorde pour New York'. Il n’y a plus de Concorde, ni de Notre-Dame-des-Landes. C’était un projet d’un siècle dépassé." 

"Ce n'est pas l'État de construire un nouveau 'porte-avions' pour des compagnies low-cost. Quand on prend l'avion, ce n'est pas pour aller à Paris, mais pour aller en Angleterre, ou encore aux États-Unis. Et cela on le fera depuis Paris", a conclu Daniel Cohn-Bendit. 

>> A LIRE : L'essentiel en direct sur l'abandon de Notre-Dame-des-Landes