A part Marine Le Pen, il y a qui au FN ?

  • A
  • A
A part Marine Le Pen, il y a qui au FN ?
Cantonales : les proches de Marine Le Pen engagés dans l'élection@ MAXPPP
Partagez sur :

Nouvelle garde, jeunes loups et "une armée de fantômes". Tour d’horizon des candidats FN aux cantonales.

La nouvelle garde


Nouvelle garde

© MAXPPP MONTAGE

Steeve Briois, le nouveau bras droit - Steeve Briois, proche de Marine Le Pen et nouveau secrétaire général du FN défend les couleurs du parti d’extrême droite dans le canton de Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais. Dimanche, il est arrivé en tête du premier tour, devant le conseiller général socialiste sortant Jean-Marie Picque. Steeve Briois, qui avait failli remporter la municipale d'Hénin-Beaumont en 2009 avec Marine Le Pen en deuxième position sur sa liste, a recueilli dimanche 35,88% des suffrages.

Stéphane Ravier, la tête d’affiche marseillaise - Stéphane Ravier, 40 ans, est la tête de liste du Front national dans les Bouches-du-Rhône, où le parti de Marine Le Pen sera présent au second tour dans 26 des 29 cantons renouvelables. "Je n'en suis pas surpris, les gens en ont marre des promesses non tenues par l'UMP, comme par le PS", a déclaré, dimanche soir, Stéphane Ravier, qui s’est qualifié pour le second tour, des cantonales à Saint-Barthélemy. Dans son argumentaire de campagne, il reprend le thème de la "corruption des partis traditionnels" cher au parti frontiste. "Nous, nous disons basta mafia PS et UMP. Les affaires sont dans les deux camps. Nos électeurs doivent encore le faire savoir dimanche prochain", assurait-il à l’issue du premier tour. Stéphane Ravier avait largement soutenu Marine Le Pen, lors de la campagne qui l’opposait à Bruno Gollnisch pour reprendre les rênes du FN.

Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen - Louis Aliot est arrivé, dimanche, largement en tête dans son canton des Pyrénées-Orientales. "Ce soir, la droite est laminée. Si ça continue, le Front va remplacer la droite. Nous sommes peut-être à la croisée des chemins, quelque chose est en train de se passer", a déclaré, à l’issue du scrutin, le compagnon de Marine Le Pen, en ballottage favorable dans le canton du Bas-Vernet, quartier populaire de Perpignan. Professeur de droit constitutionnel de formation, Louis Aliot est conseiller régional du Languedoc-Roussillon et vice-président du FN.

Les jeunes loups





Jeunes loups





© MAXPPP CATPURE DAILYMOTION



Fabien Engelmann, la déception - Il fait parti des déceptions du FN, pour ce premier tour des cantonales. Fabien Engelmann, le syndicaliste de la CGT passé de l'extrême gauche à l'extrême droite, s’est fait éliminer dès le premier tour, dimanche, à Algrange, en Moselle. Pendant la campagne, Fabien Engelmann, 31 ans, avait fait beaucoup parler de lui dans la presse : responsable à la CGT, il avait été suspendu par le syndicat en raison de sa candidature sous les couleurs frontistes. Lui, qui a milité à Lutte ouvrière puis au NPA, a expliqué avoir quitté le parti d'Olivier Besancenot après les élections régionales de 2010, "sidéré" que celui-ci ait présenté en région Paca une candidate portant le voile.

Vénussia Myrtil, la jeune candidate des Yvelines - Vénussia Myrtil a 21 ans. Passée de l’extrême droite à l’extrême gauche, elle a obtenu le score de 24,2% des voix dans le canton d’Aubergenville dans les Yvelines. Elle disputera donc le second tour des cantonales face au candidat UMP Laurent Richard, crédité de 40,1% des suffrages. Vénussia Myrtil, métisse, étudiante en psycho a d’abord milité au sein des rangs des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), avant d’adhérer au NPA. Depuis qu’elle a rejoint le FN, elle est devenue une sorte d’emblème pour l’entourage de Marine Le Pen, qui la présente comme un symbole du renouveau du parti.

Les prête-noms





affiches fn

© CAPTURE

Une myriade de candidats fantômes - Sur les affiches, les professions de foi des candidats FN, il n'y a parfois qu'une grande photo de Marine Le Pen, et en petit, le nom du candidat local (cf les photos ci-dessus) : nombre de candidats du FN ne sont présents, aux cantonales, que pour faire de la figuration. "C’est une armée de fantômes. Il y a tromperie sur la marchandise", a dénoncé la ministre chargée de la formation professionnelle Nadine Morano, lundi matin sur Europe 1, évoquant son canton où le candidat Roger Martin, 93 ans, a réuni é15% des voix sans faire réellement campagne".

>> Consultez la liste des cantons renouvelables en cliquant ici

>> DOSSIER SPECIAL - Les cantonales 2011