À Montpellier, les militants de Benoît Hamon s'interrogent sur un retrait

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Fragilisé par les défections à l'aile droite du PS, l'ex-frondeur tente de remobiliser ses troupes à moins d'un mois du premier tour.

REPORTAGE

Un appel à ceux qui l'ont quitté ou qui seraient tentés de le faire. Manuel Valls a choisi Emmanuel Macron, comme d'autres socialistes avant lui et peut-être après. Jeudi soir, à Montpellier devant 3.000 personnes, Benoît Hamon a voulu endiguer ce phénomène qui menace jusqu’à sa candidature et la pérennité du PS.

"La grande famille de la gauche est toujours ici !" Benoît Hamon a sonné le rassemblement. Rassemblement contre les ennemis de la gauche : Marine Le Pen, héritière de la droite identitaire, "qui s’amusait dans les ratonnades", lance-t-il, et contre François Fillon qu’il accuse d’"indignité". Mais rassemblement aussi des socialistes, avec un message à ceux qui l’ont abandonné pour Emmanuel Macron : "Tous les socialistes qui l’ont rejoint, peut-être, se sont-ils trompés. S’ils se sont trompés, bienvenue ! Bienvenue ! Votre famille est ici, la grande famille de la gauche est toujours ici !", a-t-il déclaré sous les applaudissements.

L'union de la gauche. Benoît Hamon rompt ainsi avec les discours assez fermes qu’il a tenus ces derniers jours, faisant même taire les sifflets de la salle contre Manuel Valls. Malgré tout, les sympathisants restent déboussolés, allant jusqu’à évoquer un possible renoncement. "Logiquement, si on reste bien droits dans nos idées, si c’est Mélenchon qui a le plus de pourcentage, il faut que Hamon le rejoigne. Alors, qu’est-ce que l’on fait ?", interroge une militante au micro d’Europe 1.

La mort du PS ? D’autres s’interrogent sur la survie même du PS après les élections : "Il faut un nouveau parti, carrément, parce que l’on est irréconciliables". "Il faut le diviser, le renommer", renchérit un militant. Benoît Hamon, pourtant, veut encore y croire. Il n’est pas question pour lui de ralentir la cadence. Le candidat était attendu aux aurores vendredi, sur l’étang de Thau près de Sète, pour une rencontre avec des ostréiculteurs.