2012 : un ticket Borloo - Villepin ?

  • A
  • A
2012 : un ticket Borloo - Villepin ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Jean-Louis Borloo a tendu la main à l’ex-Premier ministre pour une alliance du centre-droit.

Bien que n’ayant pas dévoilé ses intentions pour l’élection présidentielle de 2012, le centriste Jean-Louis Borloo commence déjà à envisager des alliances. C’est ainsi qu’il a tendu la main à l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin dans un entretien accordé dimanche au quotidien Le Parisien.

"On peut se parler, on se connaît et on s'estime. Il a une dimension internationale et son discours à l'Onu a marqué. On peut réfléchir ensemble à l'avenir du pays", a déclaré le président du Parti radical.

"Des propos sages", selon Villepin

"Les propos tels que les a formulés Jean-Louis Borloo me paraissent très sages. Oui il faut dialoguer", a réagi Dominique de Villepin, invité du "Grand Jury" RTL/Le Figaro/LCI, avant d'ajouter : "Je connais Jean-Louis Borloo depuis longtemps, il a été ministre dans mon gouvernement, un très bon ministre, il a fait avancer les choses en matière de rénovation urbaine, d'emploi... C'est quelqu'un qui a un véritable sens public".

Reconstruire le centre autour de son projet

Jean-Louis Borloo, qui a quitté l'UMP et s'efforce de réunir plusieurs formations du centre, affirme "se préparer pour gagner" l'élection présidentielle de 2012, même s'il n'est pas officiellement candidat. "Je suis bien dans cette démarche (de construire un projet présidentiel). J'avance", martèle-t-il.

Interrogé sur François Bayrou, l'ancien ministre le dit "expérimenté" mais "ne connaît pas ses objectifs" pour 2012. Quant à l'écologiste Nicolas Hulot, qui a semé le trouble ce week-end lors du congrès d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) en révélant avoir discuté avec Jean-Louis Borloo "en amont" de sa candidature, l'ex-ministre de l'Ecologie dit avoir de l'estime pour son travail lors du Grenelle de l'environnement.

"Je suis convaincu que nous aurons d'autres occasions de débattre ensemble de manière non dogmatique mais je n'ai évidemment pas à m'immiscer dans les primaires d'EELV", ajoute Jean-Louis Borloo.