2012 : Aubry lève le voile mardi

  • A
  • A
2012 : Aubry lève le voile mardi
Martine Aubry annoncera sa candidature à Lille, ville dont elle est maire.@ Maxppp
Partagez sur :

La patronne du PS va officialiser sa candidature à la primaire PS dans son fief de Lille.

Il n’y a plus de suspense. Martine Aubry fera mardi à 11h30 "une déclaration à l'adresse des Français", dans son fief lillois, peut-on lire dans l’invitation transmise lundi aux médias par l’entourage de la patronne du PS.

Une annonce également relayée depuis lundi sur le site internet à son nom, à partir duquel sa déclaration sera retransmise. La chef de file de la rue de Solferino y donne rendez-vous aux Français. "Retrouvons-nous mardi à 11h30. Je compte sur vous", peut-on lire sur la page d’accueil.

Autrement dit, la première secrétaire officialisera sa candidature à la primaire socialiste, au premier jour du dépôt des candidatures, à la Gare Saint-Sauveur de Lille, devenu un lieu culturel. Une déclaration courte - moins de dix minutes, selon son entourage - au cours de laquelle elle sera entourée de Lillois, et non de ténors du parti, qui ne doivent pas faire le déplacement.

Elle "mettra entre parenthèses sa fonction"

Depuis le début, la patronne du PS a toujours répété qu’elle respecterait le calendrier et les échéances fixées par le parti. Une fois candidate, elle "mettra entre parenthèses sa fonction" de première secrétaire du PS, a confirmé lundi Benoît Hamon, porte-parole du parti.

Sa place de première secrétaire - qu'elle occupe depuis 2008 - devrait rester vacante jusqu’au deuxième tour de la primaire socialiste, le 16 octobre. En attendant, rue de Solferino, on s’organise pour établir une direction qui ne froissera aucun candidat.

De nombreux soutiens dans le parti

A 60 ans, la fille de Jacques Delors - qui avait lui-même renoncé à ses intentions présidentielles en 1994 - bénéficie déjà du soutien de certains proches de Dominique Strauss-Kahn mais aussi de l'appui de Laurent Fabius. Forte de sa légitimité en tant que patronne du parti, elle devra affronter François Hollande, favori des sondages mais aussi Ségolène Royal, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, tous déjà déclarés. Ils ont jusqu'au 13 juillet pour déposer officiellement leurs candidatures.

Celle qui avait fait un pacte avec Dominique Strauss-Kahn, jusqu'à l'arrestation du favori des sondages à New York le mois dernier, semble se présenter plus par devoir que par envie.