100.000 signataires pour une VIe République

  • A
  • A
100.000 signataires pour une VIe République
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Le Mouvement pour la VIe République (m6r), fondé il y a un an compte interpeller les candidats aux élections régionales. 

Le Mouvement pour la VIe République (m6r), fondé il y a un an à l'initiative notamment de Jean-Luc Mélenchon, revendique plus de 100.000 membres signataires et a annoncé mardi le lancement d'une campagne d'interpellation des candidats aux régionales.

Un mouvement "qui a vocation à s’étendre". "Depuis un an que le mouvement a été créé, il est en croissance incessante, nous avons dépassé les 100.000 signataires, soit l'objectif que nous nous étions fixé", a déclaré Pierre-Yves Cadalen, en charge des relations presse, lors d'une conférence de presse. Il a estimé qu'il s'agissait d'un "départ", le mouvement qui s'est doté en mars d'une assemblée représentative de 188 personnes ayant "vocation à s'étendre davantage". Le m6r réclame la réunion d'une assemblée constituante citoyenne pour "en finir avec la monarchie présidentielle de la Ve République et balayer l'oligarchie qui dirige le pays".

Interpeller les candidats aux régionales. Il prend chaque décision à l'aide d'une plate-forme sécurisée de débat et de vote en ligne, en vertu du principe d'"horizontalité" du mouvement. Ainsi les signataires de l'appel ont-ils acté le principe de l'interpellation des candidats aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains mais doivent encore en adopter les modalités. Dans l'attente du résultat du vote, chaque liste devrait donc recevoir une "charte" demandant des engagements allant dans le sens des fondements du mouvement. Parmi ceux-ci, outre la réunion d'une constituante, la révocabilité des élus par les citoyens, la condamnation du cumul des mandats "en nombre et en durée", la suppression des 500 parrainages d'élus pour la présidentielle en faveur de parrainages citoyens ou encore pour ou contre la professionnalisation de la vie politique.

Le mouvement lance un appel à la mobilisation citoyenne, le 5 décembre prochain, 50e anniversaire de la première élection présidentielle au suffrage universel direct, "sur les places de la République" de tout le pays pour "dénoncer la monarchie présidentielle".