La vie rêvée d’un contre-ténor d’exception
© Maxppp

Virgin Classics publie un double CD réunissant les plus beaux enregistrements de Philippe Jaroussky.

Voilà un privilège réservé habituellement aux artistes en fin de carrière : Virgin Classics a décidé de publier un double CD réunissant les enregistrements les plus significatifs (les plus beaux !) de Philippe Jaroussky. Le contre ténor français n’a pas 35 ans et sa carrière est loin d’être terminée ; mais son parcours est déjà si riche que ce témoignage musical s’imposait. En un peu plus de 10 ans, Philippe Jaroussky a marqué de son empreinte le monde de la musique classique, qui ne manque ni de stars ni d’artistes talentueux. Pourtant Philippe Jaroussky n’aurait jamais du chanter. Et pour tout dire, il n’aurait pas du faire de musique. Même s’il confesse que, enfant, il chantait sur les disques de Maria Callas. C’est au collège -tardivement donc- qu’il va se mettre au violon. Et il le fait sérieusement. Un jour, il entend en concert un contreténor dont la voix l’émeut et l’enthousiasme. Le répertoire aussi le séduit. C’est décidé : il sera chanteur et contreténor, évidemment. 

Ecoutez-le chanter : tout son être passe par la musique qu’il interprète : 


Du travail, beaucoup de travail pour dégrossir d’abord, et ciseler ensuite ce timbre que tout homme possède naturellement. Mais chanter en voix de tête ne suffit pas pour devenir un contreténor digne de ce nom. Philippe Jaroussky, lui, possède naturellement une musicalité exceptionnelle. Cet indicible que certains appellent la grâce. 

Voix d'ange 

Rapidement, sa carrière décolle puis atteint des sommets. Avec bonheur, il chante le répertoire des castrats, ces rock-stars des 17e et 18e siècles. Pour le féliciter, certains lui disent qu’il a une voix d’ange. Pendant longtemps, ce compliment l’a agacé. Aujourd’hui, à l’évocation de cet univers séraphique ; il répond dans un sourire : "un homme qui chante avec une voix de femme ce peut être sublime ou ridicule."

Evidemment, la modestie l’empêche d’être trop sérieux quand il parle de son art. Modestie et respect du public : il était hors de question pour Philippe Jaroussky que ce double album ne soit qu’une simple compilation de ses meilleurs enregistrements. Tous ceux qui l’aiment (et qui ont donc déjà ses disques) découvriront avec bonheur six inédits, dont « Music for a while » de Purcell et "Ombra mai fu" de Haendel. Modeste et généreux, enthousiaste et curieux (et interprète) de toutes les musiques, tel est Philippe Jaroussky. Vous ne le connaissez pas ?

EXCLUSIF : Découvrez les 10 premières minutes du documentaire diffusé le 10 décembre sur France 2 et consacré à cette voix d'exception :



Philippe Jaroussky, la voix des rêves, un partenariat Europe 1