Municipales : un élu rattrapé par une vieille vidéo porno

  • A
  • A
Municipales : un élu rattrapé par une vieille vidéo porno
@ MaxPPP
Partagez sur :

DROIT A L’OUBLI - Étudiant, un écolo avait tourné une vidéo porno pour de l’argent. Un passé qui nourrit aujourd'hui une polémique.

L’INFO. C’est ce qu’on pourrait appeler un coup bas. Mercredi, dans le mensuel La Presse Bisontine, on apprend qu’un élu écologiste de la majorité sortante a tourné une vidéo porno il y a quelques années. Comment l’information est-elle arrivée jusque dans la rédaction du magazine ? Jean-Louis Fousseret, candidat à sa réélection, est furieux et dénonce "une pollution électorale". Le candidat UMP, lui, s’est amusé de cette information sur Twitter.

"J’avais besoin d’argent". L’élu en question, contacté par L’Est Républicain, confirme avoir tourné dans une vidéo à caractère pornographique, mais c’était "voilà plus de dix ans. C’était avant que je fasse de la politique. J’étais étudiant et avais besoin d’argent. C’est une connerie ancienne, je l’assume". Et s’il n’est cette fois pas sur la liste de Jean-Louis Fousseret, il ne doute pas une seconde qu’il s’agit d’un "mauvais coup politique qui sort, comme par hasard, actuellement. Pour aller chercher ça, encore fallait-il que quelqu’un le suggère pour nuire. Cela me fait mal que l’on ressorte ça mais, pour certains, on n’a pas droit à l’oubli", a-t-il regretté, assurant avoir tout tenté pour faire définitivement disparaître cette vidéo, mais "il y a eu des copies et c’est sur plein de sites".

"Réprobation totale" du maire. De son côté, le maire sortant, Jean-Louis Fousseret, s’il se refuse à condamner son élu, a exprimé, à titre personnel, sa "totale réprobation sur des faits dont j’ignorais l’existence et ne correspondant pas à ma conception de la vie et de la morale". Mais l’édile se demande tout de même si "à un mois des élections, ce type d’information relève du fait divers ou du fait politique ? En les révélant, on fait glisser ces faits vers la sphère politique, d’autant qu’on y associe mon nom en titre."

L'un de ses adversaires de l’UMP, Michel Omouri, actuellement conseiller municipal et 13e sur la liste du candidat UMP Jacques Grosperrin, s’est contenté d’un tweet et d’un retweet ironiques. Et l’incident ne semble pas l’accabler plus que cela :







sur le même sujet, sujet,

QUESTION - Droit à l'oubli : comment ça se passe sur Internet ?

AILLEURS - Internet : un "droit à l'oubli" pour les ados californiens

AVENIR - Bientôt un droit à l'oubli en Europe ?