Rémy Pflimlin, "pas un homme de conflit"

  • A
  • A
Rémy Pflimlin, "pas un homme de conflit"
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’actuel directeur de Presstalis, 56 ans, va prendre la tête de France Télévisions.

Rémy Pflimlin, premier dirigeant de France Télévisions nommé par le président de la République, a fait toute sa carrière dans les métiers de la presse, cultivant sa passion pour la culture et la musique. Jusqu'à sa nomination à la tête du géant de l'audiovisuel public, il dirigeait depuis 2006 Presstalis (ex-NMPP), principale société chargée de la distribution de la presse.

"Aux NMPP dont il ne connaissait pas la structure complexe, il a réussi à créer une relation de confiance, sans jamais braquer personne et tout en parvenant à ses fins", confie un de ses collaborateurs. Extrêmement organisé aux yeux de ses proches, il a travaillé au sauvetage de Presstalis, confrontée à une crise de gouvernance mais aussi aux difficultés historiques des journaux et magazine français.

Né à Mulhouse (Haut-Rhin) le 17 février 1954, Rémy Pflimlin est diplômé de HEC. Il débute sa carrière à l'hebdomadaire Jours de France dont il devient directeur de la publicité de 1979 à 1985, avant de rejoindre le quotidien régional strasbourgeois Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

Ancien directeur général de France 3

En juin 1991, il est nommé directeur général adjoint de la Société alsacienne de publications, éditrice du quotidien L'Alsace, rival des DNA, dont il est président du directoire de 1993 à 1999. Il prend alors d'importantes responsabilités au sein du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), dont il est premier vice-président de 1997 à 1999.

Puis sa carrière connaît un nouvel élan. En 1999 il est nommé directeur général de France 3, une des chaînes du groupe France Télévisions alors présidé par Marc Tessier. Il y restera jusqu'en 2005, année de l'arrivée de Patrick de Carolis. Sous sa houlette, la chaîne fera sa mue : documentaires diffusés en première partie de soirée, programmation de l'émission C'est mon choix, lancement du feuilleton Plus belle la vie, décentralisation et orientation vers le numérique... En 2002, il essuie une grève de 22 jours - la plus longue de l'histoire de France 3 - pour des problèmes de salaires.

Regardez une interview de Rémy Pflimlin :

retrouver ce média sur www.ina.fr




"Pas un homme de conflit"

Le 1er janvier 2006, Rémy Pflimlin devient directeur général des Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne (NMPP) rebaptisées sous sa houlette Presstalis. Il est également membre du Conseil supérieur de l'Agence France-Presse depuis 2005.

"Ce n'est pas un homme de conflit, il ne prend pas les gens frontalement mais élabore des stratégies pour contourner le problème", commente-t-on dans son entourage. Rémy Pflimlin est "le roi des trucs invraisemblables" dit-on encore de lui. Fidèle en amitié, ses proches collaborateurs relèvent qu'il n'aime pas se séparer des gens qu'il a choisis.

"On ne fait pas de procès d'intention mais ce n'est pas un inconnu pour nous. On sait que ce n'est pas le chantre de la négociation sociale", explique de son côté Serge Cimino, secrétaire général adjoint du SNJ à France 3.

Marié et père de quatre enfants, Rémy Pflimlin est passionné de musique contemporaine. Il est président du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, mais aussi de Musica, festival international des musiques d'aujourd'hui de Strasbourg.