De "Vive la crise" à "L'angle éco', quand la télé parle d'économie

  • A
  • A
De "Vive la crise" à "L'angle éco', quand la télé parle d'économie
@ France Télévisions
Partagez sur :

RÉTROSPECTIVE - France 2 proposera lundi soir L’angle éco, son nouveau magazine d’économie. Son ambition : pédagogie et accessibilité. Un pari que la télévision tente de remporter depuis les années 1950.

François Lenglet à Shanghai, c’est le programme de L’angle éco, nouveau magazine de France 2 où l’économie se veut didactique et compréhensible de tous. Pour répondre à la question “Faut-il refermer les frontières”, le docteur ès économie de la Deux fera appel à 5 grands sujets et à une flopée de schémas, d’invités — Emmanuel Macron et Carlos Ghosn entre autres — et à des… “dessins animés pédagogiques”, rapporte ce matin Le Parisien.

Un pas de plus vers une des plus anciennes marottes du petit écran : rendre l’économie, matière aride par excellence, accessible pour chaque téléspectateur.

Déjà des dessins animés dans les années 50 ! Dans les archives du petit écran, le magazine 100% éco le plus ancien remonte à l’été 1959. Son nom ? “Magazine économique”. Un des thèmes de la première émission : le franc lourd et le dollar. Surprise devant cet ancêtre de L’angle éco : l’ORTF fait déjà appel aux dessins animés ! Pour expliquer le taux de change franc / dollar, la télé noir et blanc offre à ses téléspectateurs un cartoon un brin austère de 2 minutes mettant en scène deux personnages, le Français et l’Américain.

Le franc lourd sur l'ORTF

© ORTF

La technologie au service de la didactique. Les caméras moins lourdes et la souplesse des moyens de tournage permettent dès les années 1960 des reportages plus longs. Ainsi, Cinq colonnes à la Une se permet des émissions entières dans les mines pour illustrer la crise du fer et du charbon en Lorraine. En 1968, À dossier ouvert embarque le téléspectateur dans les grands chantiers immobiliers d’Ile-de-France. “HLM, ILM, Lopofa, HVM, qu’est-ce que ça veut dire ?” demande le présentateur à son invité. Cigarettes à la main, ils marchent au milieu d’un chantier parisien : on entre dans l’ère du plateau en situation.

En 1975, TF1 en couleur donne le la aux futurs graphiques en 3D et autres courbes qui envahiront les JT  : avec son plateau de jeu multicolore à la Twister, le journaliste peut expliquer simplement les rapports entre chômage, inflation, activité et demande.

“Vive la crise !” 22 février 1984, 22 heures. Les Français branchés devant Antenne 2 découvrent le journal ahurissant de Christine Ockrent : le gouvernement vient de décider des mesures drastiques contre le déficit de la Sécurité Sociale. Médicaments déremboursés, suppression des allocations au-delà de 8.000 FF de revenus mensuels, hausse du forfait hospitalier de 300%, baisse des allocations chômage...

Yves Montand prend l’antenne : tout cela est faux et sert à introduire Vive la crise, son émission à mi-chemin entre l’état des lieux de l’économie en 1984 et l’anticipation. Ainsi, une séquence intitulée “2014, croissance zéro” est l’occasion de se prêter à un exercice de fiction : un État qui augmente les impôts sans arrêt, des retraités qui doivent vivre sans filet, et une démocratie menacée par la colère populaire…

L’économie pour tous, de Capital à L’angle éco. Ce n’est pas le choc pétrolier de 1973 qui démocratise l’économie à la télévision mais… l'essor de la télé privée ! À partir du milieu des années 1980 et la recherche de “cibles” publicitaires, les chaînes de télé développent des magazines pour cette partie de la population qui ne rechigne pas à entendre parler de chiffres.

Pour les fanas de la bourse, c’est l’ère du Club de l’enjeu sur TF1 ou de Équations sur La Cinq avec un certain Jean-Marc Sylvestre. Pour les néophytes, M6 lance Capital, d’abord en deuxième partie de soirée puis à 20h50. Emmanuel Chain reçoit ministres et patrons autour de reportages sur la grande distribution ou les pratiques des grandes places financières. Les parts de marché de M6 poussent TF1 à lancer Combien ça coûte, magazine qui sera vite réorienté sur les gaspillages les plus farfelus d’argent public.

Depuis 2008 et la crise, l’économie est une des matières reines de l’information. Dans les archives de France 2, le terme “économie” renvoie à plus de 7.500 occurrences en moins de six ans. La Deux qui, quand elle ne fait pas marcher ses journalistes dans des dédales de courbes en 3D pour son 20 heures, invite son spécialiste économie François Lenglet à chaque face à face politique de Des paroles et des actes. Décrypter et interroger, deux méthodes que la chaîne tentera de faire cohabiter ce soir en prime-time.