Sur M6, Ophélie Meunier veut "s'inscrire dans la durée"

  • A
  • A
Partagez sur :

Nouvelle animatrice de Zone Interdite diffusé sur M6 dimanche soir, Ophélie Meunier explique au micro d'Europe 1 qu'elle n'est pas un simple phénomène de mode et veut s'inscrire dans la durée.

Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6, l'avait ouvertement complimentée alors qu'il était invité de l'émission Le Tube, sur Canal +. Ophélie Meunier, débarque cette rentrée sur M6 pour animer Zone Interdite et remplace Wendy Bouchard, partie sur France 3. Une promotion fulgurante pour la jeune femme de 28 ans qui s'est défendue sur Europe 1 d'être un simple phénomène de mode. Sur la "petite chaîne qui monte", la journaliste souhaite "s'inscrire dans la durée".

"On m'a dit : continue à être celle que tu es". "J'espère que ça durera longtemps [sur M6]", confie Ophélie Meunier. Elle complète : "J'ai fait un an au Petit Journal, un an au Tube... je souhaite m'inscrire dans la durée". La journaliste, qui a remplacé Marie-Ange Casalta cet été à la présentation du journal de M6, veut être considérée comme une journaliste à part entière : "Je ne me contente pas de lancer les sujets", raconte celle qui a exigé d'être rédactrice en chef adjointe de Zone Interdite. L'émission sera d'ailleurs un peu remaniée puisque la première saison sera entièrement tournée à l'extérieur comme le premier numéro de dimanche, tourné à Monaco et consacré au secret princier. Ophélie Meunier raconte aussi avoir été bien accueillie par les équipes du magazine "Je n'ai pas senti de doute ou de scepticisme", confie-t-elle. "Le meilleur conseil que l'on m'ait donné en quatre ans est de rester comme je suis".

"Quand je me suis vue, je me suis décomposée". "Je sais que tout va plus vite, surtout dans cette société, surtout en télé", avoue Ophélie Meunier qui se souvient des violentes critiques à son égard à ses débuts sur Canal+. "Ça m'a renforcée. Sur le coup, ça reste dur. Les gens pensent sans doute qu'on ne lit pas les commentaires ou les tweets : c'est faux. Ça nous touche, surtout quand c'est gratuit". Ophélie Meunier se souvient notamment de sa première au Tube sur Canal+, la première émission qu'elle présentait : "C'était une catastrophe, j'étais stressée et mal dans mes baskets. Quand je me suis vue, je me suis décomposée". Une épreuve du feu qui lui a servi : "Ce que j'ai appris au Tube, je le mets en application sur M6".

"Canal+ m'a donné ma chance". "Le départ de Canal n'a pas été douloureux", raconte Ophélie Meunier qui souligne que c'est sur cette chaîne qu'elle a fait ses débuts et a eu "sa chance". "Ils m'ont tout donné au départ mais ont compris ma décision", ajoute la journaliste. Elle ne répond pas aux critiques, comme celles de Sébastien Thoen qui la surnomme "la stagiaire de la TNT", et met le négatif de côté : "Je ne pense pas à la chute, ça se ressentirait. Je saisis à chaque fois les opportunités qui se présentent."