Stéphane Bern : "Franck Ferrand est comme un frère"

  • A
  • A
Partagez sur :

Loin de la rivalité que l'on veut bien leur prêter en tant que personnages médiatiques tous deux férus d'histoire, les deux animateurs sont en fait de grands amis depuis vingt ans.

Il partage sa passion de l'histoire chaque jour sur Europe 1, de 14h à 15h30. Franck Ferrand était l'invité exceptionnel de l'émission Campus où on a pu découvrir sa galaxie amicale. Parmi celle-ci figure un homme qui est aussi attaché que lui aux siècles passés : Stéphane Bern.

"La famille qu'on se constitue". Les deux historiens se rencontrent il y a plus de vingt ans dans les monts du Lyonnais. Ils étaient alors "deux personnes avec les mêmes centres d'intérêts. J'avais l'impression de le connaître. C'est un autre moi-même en quelque sorte, c'est comme un frère", décrit Stéphane Bern. Franck Ferrand renchérit. "Il y a la famille qu'on vous donne. J'ai eu la chance d'avoir une famille très aimante. Et puis, il y a la famille qu'on se constitue. Stéphane est mon frère d'élection."

Entendu sur Europe 1
L'un commence une phrase, l'autre la termine.

"On se complète". Le présentateur de Visites privées sur France 2 a aussi noté les différences de caractère. "Je suis toujours dans cette énergie de vouloir avancer, Franck est plus contemplatif. Par contre, il a le mot juste, l'expression idoine à l'écrit comme à l'oral. Franck est beaucoup plus réfléchi. On se complète très bien, ce qui est assez amusant quand on écrit des livres ensemble : l'un commence une phrase, l'autre la termine." Une nouvelle fois l’intéressé approuve. "Quand nous voyageons et arrivons à accorder nos agendas, j'ai tendance à m'attarder, à prendre le temps et Stéphane a cette capacité de découvrir, d'aller au devant."

"On a l'impression d'être dans une Cour". Les deux partagent non seulement la passion de l'histoire mais aussi le même humour. "On est assez moqueurs, précise Franck Ferrand, sur nous-mêmes et les autres aussi." Franck est un "Proustien, explique son complice. C'est à dire qu'il observe les gens et il voit à quels archétypes ils appartiennent. On a l'impression d'être dans une Cour."

Une tel accord leur permet une grande confiance l'un en l'autre. A tel point que les deux compères se demandent mutuellement leurs avis sur leurs projets professionnels. Le soir de la première de son spectacle aux Folies Bergères, Franck Ferrand a vu des larmes dans le regard de son ami : "je me suis dit que je n'avais pas dû me tromper. Voilà un avis qui comptait."