Robert Ménard : "Pour un peu de buzz, Thierry Ardisson est toujours prêt à vendre sa mère"

  • A
  • A
Robert Ménard : "Pour un peu de buzz, Thierry Ardisson est toujours prêt à vendre sa mère"
@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Le maire de Béziers a quitté le plateau de Thierry Ardisson après avoir été comparé à Hitler. L'homme politique est revenu sur ce gros clash au micro d'Europe 1.

Rober Ménard n'a guère goûté l'allusion. Invité sur le plateau de Salut les Terriens, le maire de Béziers n'a pas supporté d'être comparé à... Adolf Hitler et a quitté l'enregistrement de l'émission diffusée le 26 novembre sur C8. Visage fermé dès le début de la chronique de Tom Villa, l'homme politique élu avec le soutien du FN a ainsi coupé court à la séquence humour dès qu'il a entendu cette phrase choc : "Tu seras connu dans l'univers comme le célèbre Adolf...Sax", une phrase prononcée par l'humoriste sans omettre de faire une pause entre prénom et nom. 



Un message d'Ardisson sur le répondeur de Ménard. Robert Ménard a réagi immédiatement sur le plateau en lançant un "Tu vas te faire foutre" à Ardisson tout en se levant pour partir alors que l'animateur tentait de le retenir. Tout aurait pu en rester là, mais Thierry Ardisson a décidé de laisser un message à Robert Ménard sur son répondeur peu après l'émission, un message que Robert Ménard a diffusé sur Twitter.



"Je n'ai pas envie d'être pris pour un imbécile". Le maire de Béziers a également réagi au clash lundi sur Europe 1 : "Je ne crois pas qu'il s'agisse de faire preuve d'humour de traiter ma ville de "ville de merde" et de me comparer à Adolf Hitler. Comme je n'ai pas envie d'être pris pour un imbécile, j'en tire les conséquences. J'ajoute que Thierry Ardisson que je connais et tutoies depuis des années avait pris la peine de me rappeler à deux reprises le même jour pour me dire qu'on était là pour parler de mon livre, pas pour m'insulter.

Il est venu me supplier de rester dans l'émission. Cela a duré 10 minutes dans la loge. Il m'a dit que c'était inacceptable et que ce serait coupé au montage. Me dire qu'il n'était pas au courant, je n'en crois pas un traître mot. Il est toujours quelqu'un prêt, pour un peu de buzz, à vendre sa mère, sa grand-mère en même temps. Je n'apprécie pas."