Régionales : La Voix du Nord et Nord Eclair prennent position contre Marine Le Pen

  • A
  • A
Régionales : La Voix du Nord et Nord Eclair prennent position contre Marine Le Pen
@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Les deux journaux ont en Une lundi pris partie dans la campagne des régionales dont le premier tour va se dérouler dimanche. 

Les quotidiens La Voix du Nord et Nord Eclair ont pris position lundi contre le Front national, en expliquant pourquoi une éventuelle victoire de sa présidente aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie les "inquiète", provoquant l'indignation de Marine Le Pen.

En Une. "Pourquoi une victoire du FN nous inquiète", titre en Une la Voix du Nord à six jours du premier tour du scrutin, une prise de position très rare de la part de la presse quotidienne régionale. "La région a-t-elle vraiment besoin du Front national?", s'interroge en Une Nord Eclair, autre quotidien du groupe. Les deux journaux publient la même double page sur le sujet.



Valeurs, expérience, solidarité. La Voix du Nord justifie son inquiétude d'une éventuelle victoire du FN "parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs", "parce qu'il n'a pas l'expérience" et "parce qu'il menace la solidarité nordiste". Un deuxième "volet de l'enquête" sera publié mardi. Dans un éditorial, le directeur de la rédaction, Jean-Michel Bretonnier, écrit qu'en cas de victoire du FN, "les ferments de la division seront à l'oeuvre, diffusés par un parti aux deux visages". "Il s'inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité; il adopte une posture 'anti-établissement' en profitant du système", ajoute-t-il, à quelques heures d'un meeting de Marine Le Pen prévu lundi soir à Lille.



Subventions. Marine Le Pen s'est aussitôt indignée de la prise de position de la Voix du Nord. "C'est profondément scandaleux, ils ont fait deux pages aujourd'hui, ils font deux pages aussi demain de tract, car c'est un tract pour le Parti socialiste", a lancé la tête de liste du FN dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. "Il ne faut pas s'en étonner, c'est la contrepartie des 9 millions de subventions qu'ils ont touchés du Conseil régional socialiste sous cette mandature", a-t-elle accusé. La présidente du FN a assuré qu'elle couperait les subventions si elle était élue et que c'était pour cette raison que le journal l'attaquait.