Patrick de Carolis : "la coupe est pleine"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'ancien PDG de France Télévisions a répondu aux accusations de favoritisme et prise illégale d'intérêts.

La contre-attaque. Invité de Thomas Sotto sur Europe 1 mardi, Patrick de Carolis a répliqué aux allégations du Canard enchaîné. En janvier, le journal satirique affirmait que le juge Renaud Van Ruymbeke menait des investigations sur les contrats passés par France Télévisions avec celui qui a été PDG du groupe public entre 2005 et 2010. Patrick de Carolis aurait ainsi profité de ses liens avec le groupe pour décrocher plusieurs contrats de production et de conseil.

Un individu qui "va de rédaction en rédaction". "Je ne suis pas convoqué par le juge", a d'abord précisé Patrick de Carolis. "Si j'ai décidé de sortir de ce silence pendant trois ans, c'est que je trouve que la coupe est pleine". Pour lui, ces accusations sont le fait d'une personne dont il n'a pas voulu révéler le nom. "Un individu qui a d'ailleurs été remercié par mon prédécesseur Marc Tessier, s'amuse depuis quelques années à jouer du ball-trap avec tous les présidents de France Télévisions", a-t-il expliqué. "Il l'a fait avec Marc Tessier, il l'a fait avec moi, il le fait actuellement avec Rémy Pflimlin." Cet individu appartiendrait-il au syndicat CGC, qui a porté plainte pour favoritisme et prise illégale d'intérêts ? "Par exemple", a répondu Patrick de Carolis, pour qui "ce monsieur va de rédaction en rédaction pour attester le fait que j'aurais pu passer ces contrats illicites". Et d'ajouter que "depuis un an, il y a papier sur papier dans la presse satirique pour essayer de dicter la justice au juge".

Des chiffres "exagérés et faux". Selon Le Canard, France Télévisions a commandé à son ancien PDG des dizaines de documentaires pour l'émission Des racines et des ailes pour un montant total de 7,91 millions d'euros depuis fin 2010. Plusieurs contrats auraient également été conclus avec sa société Patrick de Carolis Consulting, pour une facture de 339.000 euros. "Tous les chiffres qui sont donnés dans le Canard sont exagérés et faux", a rétorqué Patrick de Carolis. "Qu'on apporte les preuves, il n'y a pas un seul journaliste qui m'ait téléphoné pour savoir exactement si les allégations mensongères et calomnieuses du Canard étaient vraies", affirme-t-il. "Laissons faire la justice, moi j'ai confiance, et je suis extrêmement serein là-dessus", a-t-il conclu.

>> Regardez l'interview intégrale :