La plateforme TV Molotov annoncée pour l'été avec les chaînes Canal+

  • A
  • A
La plateforme TV Molotov annoncée pour l'été avec les chaînes Canal+
@ BERTRAND GUAY/AFP
Partagez sur :

La plateforme TV Molotov, créée notamment par le fondateur de Canal+ Pierre Lescure, sera mise en service cet été et proposera les chaînes du groupe Canal.

La plateforme Molotov, qui veut remplacer les box TV avec une offre de chaînes en direct et en replay, sera disponible dès le 11 juillet et proposera les chaînes de Canal+, a annoncé lundi la startup française. Le service sera proposé gratuitement et donnera accès aux 26 chaînes de la TNT sur tous les écrans, précise Molotov dans un communiqué. Des offres payantes donneront accès aux autres chaînes.

Déjà 100.000 pré-inscrits.Molotov.tv promet une interface visuelle et ergonomique, proche de celle d'un Netflix, pour mieux repérer les émissions en direct ou leur replay, toutes chaînes confondues, avec la possibilité d'un tri (par genre, horaire, acteur...) et d'options personnalisées. La startup emploie déjà 40 personnes, notamment pour indexer les programmes, et affirme compter plus de 100.000 pré-inscriptions, après plusieurs reports de la date de lancement. Molotov a également signé un accord de distribution avec le groupe Canal+ qui permettra aux chaînes D8, D17 et iTélé ainsi qu'aux sept chaînes Ciné+ de rejoindre la plateforme.

Réinventer la télé. La startup a été fondée par trois fins connaisseurs de la télévision : Pierre Lescure, fondateur de Canal+, Jean-David Blanc, fondateur d'Allociné, et Jean-Marc Denoual, ancien directeur de la stratégie et de l'innovation chez TF1. "Les chaînes gratuites ont accepté parce qu'elles ont vocation à être distribuées le plus largement possible. Nous réinventons la façon dont est proposée la télévision", avait assuré Pierre Lescure. La plateforme devra convaincre des téléspectateurs français qui rechignent à abandonner leur télévision pour les autres écrans. Si plus de 8 Français sur 10 allument chaque jour leur télévision, 3 millions de personnes (5,9%) choisissent d'autres écrans, selon un sondage Médiamétrie publié fin mars.