Kim Kardashian : pourquoi un tel emballement autour du cambriolage ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Si ce braquage a fait la une, c'est notamment pour la notoriété hors normes de la victime, mais aussi parce que l'affaire a pris un tour politique dans un contexte sécuritaire très tendu en France.

Dans la nuit de dimanche à lundi, en plein Paris, la star américaine Kim Kardashian a été victime d’un vol à main armée, ce qui n'a pas manqué de provoquer une surenchère médiatique, comme le raconte Jérôme Ivanichtchenko dans le Grand Direct des Médias.

TF1, France 2 : dans tous les médias. Lundi matin, les antennes étaient en boucle sur le sujet. Les chaînes info l’annonçaient sur le bandeau qui déroule en bas de l’écran. Dans les journaux télévisés à 13 heures et à 20 heures sur TF1 comme sur France 2, des reportages étaient consacrés à ce cambriolage retentissant avec des envoyés spéciaux sur place. Même chose dans les magazines d’actu Quotidien, Actuality, Le Grand journal.

Mardi matin, c’est au tour de la presse écrite de revenir sur l’affaire. On ne compte pas les éditoriaux consacrés au sujet. Le Parisien en fait même sa une, sous ce titre : "Un braquage XXL". Libération offre deux pages à la mésaventure de la star américaine. Le Figaro y va aussi de son traitement, plus discrètement, sous l’angle du fait divers.

NKM et Hidalgo : une affaire qui devient politique. Le sujet s’est même invité dans le débat public. Il s’est retrouvé au cœur du débat politique. Une mèche allumée lundi matin sur l’antenne d’Europe 1 par Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite et du centre. Pour elle, la mésaventure de Kim Kardashian est un acte "violent", "traumatisant", mais il pose surtout la question de l’image de Paris et plus largement de la sécurité dans la capitale. Kim Kardashian a été détroussée dans l’appartement privé où elle résidait durant la semaine des défilés parisiens. Elle s’est retrouvée sous la menace d’une arme à feu, ligotée, séquestrée… Pour NKM, c’est l’illustration d’un laxisme des autorités.

Une personnalité hors normes. Anne Hidalgo, la maire de Paris, n’a pas tardé à lui répondre : pour elle, c’est un "acte rare", "survenu dans un espace privé" qui ne remet aucunement en cause la sécurité de l’espace public parisien. Mais si l'on parle autant de cette mésaventure, c'est que l'on assiste à un phénomène comparable au récent divorce de Brad Pitt et Angelina Jolie. Des cambriolages, comme des divorces, il s’en produit tous les jours. Mais avec un préjudice dont le montant s’élève à 9 millions d’euros, c’est beaucoup plus rare. C’est dû à l’identité de la victime et à sa notoriété hors normes. C’est elle qui assure une telle caisse de résonance.

Kim Kardashian, une influence mondiale. Ce matin, Le Parisien évalue l’influence de Kim Kardashian sur les réseaux sociaux. Et les chiffres donnent le tournis : la starlette est suivie par plus de 160 millions de fans à travers le monde, sur Instagram, Facebook ou Twitter. C’est trois fois plus que CNN, le média américain le plus suivi sur les réseaux sociaux. C’est 100 millions d’abonnés de plus que le New York Times. La moindre publication sur ses comptes officiels déclenche une déferlante de partages. C’est le cas pour cette photo postée jeudi dernier où elle exhibait fièrement sa bague de fiançailles : celle qu’on lui a dérobée.



Kim Kardashian n’est ni chanteuse ni comédienne ni créatrice. C’est une star de la télé-réalité. Une sorte de star virtuelle simplement connue et reconnue pour sa chute de reins. Mais elle est parvenue à devenir une égérie du luxe. Le couple qu’elle forme avec le rappeur Kanye West est l’un des plus populaires au monde.Tous deux forment ce qu’on appelle un "power couple". Une mésaventure comme ce cambriolage devient mécaniquement un événement majeur.

La désaffection des touristes à Paris. Sans oublier que ce braquage intervient dans un contexte spécifique : depuis les attentats de 2015, il y a une désaffection des touristes pour la France. Cet événement, n’inversera pas la tendance et explique aussi cette surenchère médiatique.