JO de Rio 2016 sur Canal+ : "priorité au direct"

  • A
  • A
Partagez sur :

Thierry Cheleman, directeur des sports de Canal+, a fait le point sur l'offre sportive du groupe pendant les JO 2016.

INTERVIEW

Thierry Cheleman, directeur des sports de Canal+, est formel. L'offre sportive des chaînes du groupe est toujours aussi attractive, quand bien même Canal+ a perdu des droits de diffusion pour l'année prochaine. Il en veut pour preuve la couverture actuelle des JO de Rio, que Canal+ retransmet 20h/24.

Huit chaînes dédiées aux JO. Lors de ces JO au Brésil, Canal+ doit composer avec la concurrence du groupe France Télévisions, qui diffuse les épreuves en clair. Pour se démarquer, le groupe compte sur l'expertise de ses journalistes. "Sur Canal+, on a huit chaînes dédiées aux JO - Canal+, Canal+Sport, Canal+Décalé, rebaptisée Canal+Rio, Foot+, Rugby+, Golf+, Infosport+ et I-Télé -, dont six qui diffusent l'intégralité", indique Thierry Cheleman. Selon lui, Canal+ se distingue sur un point, "la priorité au direct", plutôt que de proposer du différé. "Ça, c'est la ligne numéro un", affirme le directeur des sports de Canal+.

Déjà un œil vers la prochaine saison de football. Du côté du football, Canal+ a perdu la Premier League au profit de SFR Sport. Un coup dur pour la chaîne, qui a tenté de compenser avec des rendez-vous sportifs plus nationaux. "Les trois premiers choix de la Ligue 1, ça sera sur Canal+", rappelle ainsi Thierry Cheleman. Des droits que la chaîne possède depuis longtemps et auxquels d'autres sont venus s'ajouter. "Tous les lundis soirs, il y aura un match de Ligue 2", explique le directeur des sports de Canal+. Le groupe a également fait l'acquisition des droits de diffusion de la Coupe de la Ligue et possède toujours le Top 14.

Mais Canal+ a aussi perdu des commentateurs et consultants phares. En premier lieu, le duo composé de Grégoire Margotton (TF1) Christophe Dugarry (RMC/SFR Sport). Là aussi, le groupe audiovisuel a dû compenser et enregistre l'arrivée de deux nouveaux consultants : Paul Le Guen et Olivier Dacourt. Cela suffira-t-il pour stopper l'hémorragie d'abonnés rencontrée par la chaîne ? Réponse prochainement.