Grève à France 24, perturbation des antennes en français et en anglais

  • A
  • A
Grève à France 24, perturbation des antennes en français et en anglais
Les grévistes dénoncent notamment des "problèmes de management qui entraînent des dysfonctionnements en interne".@ ALEXANDER KLEIN / AFP
Partagez sur :

Les grévistes dénoncent notamment des "problèmes de management qui entraînent des dysfonctionnements en interne".

Les antennes en français et en anglais de la chaîne d'information en continu internationale France 24 étaient perturbées jeudi en raison d'une grève "très suivie", selon un délégué syndical du groupe France Médias Monde (France 24, RFI, la radio Monte Carlo Doualiya). "Il n'y a pas eu d'édition en direct depuis hier (mercredi) 23h30 sur les antennes en anglais et en français, le mouvement est très suivi", a indiqué Maximilien de Libera, délégué syndical CFTC de France Médias Monde (premier syndicat chez les journalistes, deuxième de l'entreprise).

Les grévistes dénoncent des "problèmes de management qui entraînent des dysfonctionnements en interne", ainsi qu'"un fiasco retentissant" de l'harmonisation technique des différents systèmes d'information de l'entreprise, selon le préavis de grève. Ils réclament l'application de l'accord d'entreprise, qui a été "mal budgétisé, mal préparé et est aujourd'hui inapplicable, à l'ensemble des salariés", selon le document. Le taux de grévistes dépassait les 55% à la mi-journée, avec 130 grévistes comptabilisés sur un effectif planifié de 228 personnes, a précisé Maximilien de Libera.

Un mouvement prévu jusqu'à 23h59 jeudi. Contactée par l'AFP, la direction de France 24 n'était pas dans l'immédiat en mesure de donner de chiffres de participation à la grève. Ce mouvement de protestation, prévu jusqu'à 23h59 jeudi, pourrait être reconduit, a ajouté Maximilien de Libera. Cette grève intervient alors que Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde et unique candidate à sa succession, doit être auditionnée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) le 20 juin. "Dans l'attente de la désignation légale du PDG pour un nouveau mandat, une réflexion sur la réorganisation de la direction de la rédaction avait déjà été entamée. Des changements pourraient donc être annoncés dans les semaines qui viennent", a indiqué la directrice des ressources humaines de l'entreprise dans un mail aux salariés mercredi.