Germain Dagognet assure que France Info "va faire autrement et autre chose"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le Directeur délégué à l'information et directeur délégué de France Info pour France Télévisions explique sur Europe 1 comment la nouvelle chaîne d'information en continu du service public va se faire une place dans l'audiovisuel.

C'est le jour J. Jeudi soir à 20H, les téléspectateurs vont pouvoir découvrir en direct dans le journal de David Pujadas le lancement de France Info, la nouvelle chaîne d'info en continu du service public, lancée sur le canal 27 de la TNT. Invité d'Europe 1, Germain Dagognet explique comment France Info compte se positionner face à la concurrence féroce de BFM, ITélé ou LCI.

"Il faut approfondir les sujets plutôt faire de l'émotion"."Il n'y avait pas encore de chaîne d'info du service public en France. C'était le seul pays d'Europe", explique Germain Dagognet. Le directeur délégué de France Info veut montrer que la chaîne saura faire la différence : "Les sujets seront approfondis, il y aura de la pédagogie, par rapport à la sensation", taclant au passage ses concurrents directs BFM, ITélé et LCI.

Pas une filière de France Télévisions. "Nous sommes une chaîne à part entière", martèle Germain Dagognet, "pas un filière de France Télévisions, comme LCI l'est à TF1 ou ITélé par rapport à Canal +". Une chaîne qui devient du même coup la première rédaction de France, avec près de 3.000 journalistes pour France Télévisions, sans compter ceux de Radio France et France 24. Une chaîne à part entière qui fait du web une priorité : "Notre geste est avant tout numérique", détaille Germain Dagognet qui ajoute : "On va faire autrement et autre chose". Et notamment, une volonté "de diversité et de parité" à l'antenne.

"Il faut retrouver une hiérachie de l'info". "Il n'y aura pas de concept de sujet monothématique ou d'antenne monopolisée pendant 24H par une même info", avance Germain Dagognet. "Il faut savoir débreaker, retrouver une hiérarchie de l'info", faisant encore allusion, mais sans les citer, aux autres chaînes d'info en continu. "Nous allons privilégier les nouveaux formats, les infographies", décrit encore le directeur délégué de France Info. "Nous ferons bien sûr aussi du breaking news, mais nous serons même capables de donner du contenu à nos partenaires de France 24 ou France Info, côté radio".

"C'est pas le monde de Oui-Oui". Montée en à peine un an, cette chaîne, qui était la volonté de la nouvelle directrice de France Télévisions Delphine Ernotte, a rencontré l'opposition de nombreux journalistes et syndicats. "Moi je vois l'inverse. Je vois pleins de journalistes qui se mettent en marche. Les journalistes de radio et télé travaillent ensemble. Je ne dis pas que c'est le monde de Oui-Oui, ça peut être âpre de temps en temps mais il faut savoir discuter."