Franck Ferrand : "Au début, j’écrivais des livres que personne ne lisait"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'historien et animateur d'Europe 1, invité dimanche dans l'émission "Il n'y a pas qu'une vie dans la vie", a raconté que c'était grâce à un conseil d'Alain Decaux qu'il avait proposé sa candidature à la radio.

Il est un passeur d'Histoire. Infatigable, car passionné, Franck Ferrand officie tous les jours sur Europe 1, de 14 à 15 heures, dans Au cœur de l’histoire. Il foule aussi les planches du théâtre Antoine du jeudi au samedi jusqu’au 30 décembre, pour un seul en scène intitulé Histoires. Invité dans l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, il a raconté comment il est passé d'historien écrivain à homme de radio.

De 2.000 à 200.000 exemplaires. "Au début, j’écrivais des livres que personne ne lisait", avoue avec franchise l'animateur. Il se rappelle particulièrement d'un ouvrage qui lui avait demandé "deux ans de travail". Un livre qui traitait de l’histoire du château de Versailles depuis la Révolution jusqu’à nos jours, et avait été publié chez Perrin. L'ouvrage avait même était salué à sa sortie mais ne s'était pas vendu ou, précise Franck Ferrand à un peu plus de 2.000 copies. Comble : Alain Decaux, homme médiatique et grand historien, avait sorti le même jour, chez le même éditeur, un livre sur Saint-Paul - sujet pas forcément grand public - "vendu à 200.000 exemplaires."

Entendu sur Europe 1
Les lecteurs n’achètent pas de sujets, ils achètent un auteur. Tant que vous ne serez pas connu, vous ne vendrez pas de livres.

"Il faut faire de la télévision". Un peu abattu, Franck Ferrand demande alors à son complice comment une telle marge peut exister entre les chiffres. La réponse d'Alain Decaux est déterminante et le transforme en mentor aux yeux de Franck Ferrand : "Les lecteurs n’achètent pas de sujets, ils achètent un auteur. Tant que vous ne serez pas connu, vous ne vendrez pas de livres."

Et fort de son expérience médiatique, Decaux précise : "Pour être connu, il faut faire de la télévision." Franck Ferrand n’a pas la télé à l’époque, et transforme le conseil en radio, média qu'il préfère. "Et j'ai fait une candidature spontanée pour entrer à Europe 1". Le début d'une grande histoire qui se perpétue encore tous les jours sur la station !