Évasion de Redoine Faïd : polémique autour des images

  • A
  • A
Évasion de Redoine Faïd : polémique autour des images
M6 a diffusé dans son journal télévisé des images de l'évasion du braqueur Redoine Faïd.@ Capture M6
Partagez sur :

VIDEO - Christiane Taubira s'interroge "sur la responsabilité" de M6, qui a diffusé des images de l'évasion du braqueur. Une enquête est ouverte.

La diffusion télévisée d'images de l'évasion du braqueur Redoine Faïd de la prison de Sequedin (Nord) ne passe pas au ministère de la Justice. Dans un communiqué transmis dimanche, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, "s'interroge" sur les conditions de leur transmission aux médias, mais aussi "sur la responsabilité de la chaîne M6", première à diffuser ces extraits.

>> MISE A JOUR, mardi 29 octobre - Le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire "pour violation du secret de l'enquête et de l'instruction" après la diffusion de ces images, a annoncé mardi le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre.

>> MISE A JOUR, mercredi 30 octobre - L'administration pénitentiaire compte aussi déposer plainte cette semaine, rapporte La Voix du Nord. "La diffusion de ces images semble mettre en valeur les actes criminels de Redoine Faïd. Cela porte atteinte à la dignité des personnes prises en otages", estime son directeur interrégional.

Les images qui font polémique. La Six a diffusé vendredi dans son journal télévisé, le 19.45, des images fixes prises par les caméras de vidéosurveillance de la prison le 13 avril dernier, jour de l'évasion. On y voit un homme, présenté comme Redoine Faïd, menacer des surveillants avec une arme et les prendre (temporairement) en otage, puis faire exploser plusieurs portes et une fenêtre de la prison afin de s'évader.

>> Regardez les images diffusées sur M6 :

M6 a annoncé la diffusion de ce document "en intégralité" dans son émission Enquête exclusive, le 10 novembre prochain. Dimanche, TF1 a également diffusé des images inédites" de l'évasion dans son magazine Sept à Huit.

christiane taubira ministre justice MAXPPP 930620

© MAXPPP

Des images "valorisant des actes criminels". Dans le communiqué du ministère de la Justice, Christiane Taubira (photo) "s'interroge sur les conditions dans lesquelles ces images ont pu faire l'objet de transmission à la presse pour diffusion publique" mais aussi "sur la responsabilité de la chaîne M6 de les publier". Ces images "valorisant des actes criminels" sont "de nature à porter atteinte à la dignité des personnels pénitentiaires", estime la ministre.

FO pénitentiaire demande des explications. Samedi, le syndicat Force ouvrière du centre pénitentiaire de Lille a également dénoncé la diffusion de ces images. Il "exige que l'administration pénitentiaire intervienne auprès du parquet de Lille afin d'obtenir des explications sur l'obtention des images par les journalistes de M6", et ce "alors que l'instruction est toujours en cours". "Notre position est la même pour TF1", a ajouté un représentant du syndicat. FO s'inquiète des "blessures" que pourraient raviver ces images chez les gardiens de prison "victimes de cette évasion", pour qui "le traumatisme est encore présent".

TF1 se défend. Contactée lundi matin par Europe1.fr, M6 ne souhaitait pas faire de commentaire. Quant à TF1, sa directrice de l'information, Catherine Nayl, a défendu ses équipes dans un message transmis à La Voix du Nord. "Ce reportage de Sept à Huit est une enquête contextualisée qui revient sur l’évasion de Redoine Faïd, mais également sur sa cavale. Une enquête qui repose sur plusieurs témoignages ainsi que sur des documents qui portent à la connaissance du public des éléments d’information sur un fait d’actualité."

Il était l'homme le plus recherché de France. Redoine Faïd, détenu notamment pour sa participation à une tentative d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à une policière municipale à Villiers-sur-Marne en mai 2010, était devenu l'homme le plus recherché de France après cette évasion. Il a finalement été interpellé le 29 mai en Seine-et-Marne. La semaine dernière, trois personnes - un détenu de Sequedin, le frère de Redoine Faïd et un ex-détenu - ont été mises en examen pour complicité dans le cadre de l'enquête sur son évasion.