"Dites-moi que je m'aime" (France 5) : retrouver confiance en soi après un traumatisme

  • A
  • A
"Dites-moi que je m'aime" (France 5) : retrouver confiance en soi après un traumatisme
@ France 3 / Brother Film
Partagez sur :

Sur France 5 à 23h35, un documentaire sur le manque d'estime de soi part à la rencontre d'un atelier du nord de la France qui tente de corriger ce sentiment.

LE CHOIX TÉLÉ

Certaines ne supportent pas de se regarder dans un miroir. D'autres ont perdu toute confiance en elles. Sur France 5 mercredi soir à 23h35, dans Dites-moi que je m'aime, la caméra de Lucie Boudaud est partie à la rencontre de plusieurs femmes qui se retrouvent chaque semaine dans un centre social de la banlieue de Lens. Là-bas, elles partagent leurs soucis et font part de leur détresse pour tenter, ensemble, de se relever.

Le groupe comme exutoire. Sandrine, Céline, ou encore Nathalie et bien d'autres. Assises autour d'une table, chacune écoute avec grande attention les conseils de Dominique, une esthéticienne. Avec elle, les participantes de cet atelier "Estime de soi", vont tenter de réapprendre à s'aimer. Mais dans cet atelier, on ne soigne pas que l'apparence. La confiance en soi est un travail de longue haleine. Et même si Dominique apprend à ces femmes à se mettre ne valeur, à bien se maquiller ou encore à choisir des bonnes couleurs pour leurs vêtements, ces aspects ne sont qu'une étape d'une reconstruction plus longue.

Sentiment d'exclusion et mal-être. En effet, Dites-moi que je m'aime prend le parti de brosser le portrait de quatre des participantes à l'atelier pour montrer les causes de cette absence de confiance en soi. Histoire de saisir que derrière le malaise personnel se cachent surtout des parcours compliqués.

Nathalie, au chômage, confie ainsi son impression "d'être en retrait de la société" depuis qu'elle n'a plus de travail. "J'ai l'impression d'être inutile", se lamente-t-elle. De son côté, Céline est une ancienne obèse qui a fait trois fausses couches. "Impossible d'avoir confiance" en soi dans cette situation, indique-t-elle.

Entre les lignes, on comprend bien la volonté de la réalisatrice Lucie Boudaud. Dites-moi que je m'aime est bien loin des émissions de relooking express qui laissent à penser que le mal-être s'efface seulement grâce à une jolie robe. Face à un problème personnel plus profond, c'est tout un regard sur soi qu'il faut réussir à inverser. Le documentaire expose avec justesse cette complexité du regard sur soi-même qui peut gâcher la vie et montre heureusement, que la guérison est possible.