Delphine Ernotte à France Télévisions : le CSA s'explique

  • A
  • A
Delphine Ernotte à France Télévisions : le CSA s'explique
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

La nouvelle présidente de France Télévisions s'appelle Delphine Ernotte Cunci, jusqu'à présent directrice générale d'Orange France. Dans un communiqué, le CSA motive son choix.

À partir du 22 août prochain et sur décision du CSA, Delphine Ernotte Cunci, 48 ans, mènera pour cinq ans le navire France Télévisions et ses 10.000 fiches de paie. Dans un texte de deux pages, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel justifie son choix de celle qui a mené toute sa carrière chez France Télécom / Orange et dont beaucoup répètent qu'elle n'a aucune expérience dans l'univers des médias.

Une expérience qui fait d'ailleurs partie des critères de sélection du Conseil, ainsi qu'il le rappelle dans son texte. "Le choix s'est fondé sur des critères de compétence et d'expérience, et sur l'analyse des projets stratégiques", peut-on lire en préambule de l'argumentaire des Sages.

Manager, pas directrice des programmes. De la candidature de Delphine Ernotte Cunci, le CSA retient d'abord qu'elle est portée par "une femme dotée de solides compétences de management et d'une expérience reconnue dans la gestion du dialogue social".

Le Conseil souligne qu'Orange est un "des plus grands groupes numériques européens", "imprégné d'une forte culture du service public". Une façon de clore le débat sur un CV vide de toute exoérience dans les médias : le CSA cherchait un dirigeant de groupe, pas un responsable des programmes.

Le communiqué salue "la perception des enjeux de l'audiovisuel en France comme à l'international" de Delphine Ernotte et une "intuition" quant aux attentes du public, deux qualités que le CSA a perçu chez la nouvelle présidence de France Télé. Le Conseil se dit par ailleurs "sensible" à son "fort attachement au service public" et à ses souhaits d'une "télévision citoyenne" dont les valeurs seront renforcées par "l'exemplarité, la transparence et la participation du public".

Le CSA entrevoit un avenir serein. Dans le texte envoyé par le CSA, les Sages espèrent, avec le projet de Delphine Ernotte Cunci, cinq années loin de l'atmosphère des dernières semaines à Radio France.

La télévision publique serait menée avec une "ambition réformatrice", "une vision exigeante de la télévision publique de demain", un "souci d'une continuité indispensable à une transformation sereine et apaisée" du groupe et une "volonté de susciter l'adhésion des personnels" dans les réformes à venir.

Le Conseil, qui a auditionné deux fois Delphine Ernotte Cunci avant de faire son choix, gardera en mémoire ses promesses d'un "plan stratégique" bâti "par la négociation et le dialogue" et pour "promouvoir la confiance" au sein des équipes.

Son projet n'est pas dévoilé. Sans révéler pour autant le contenu des auditions, le CSA indique que Delphine Ernotte Cunci compte "rénover l'offre proposée au public", en accentuant le positionnement éditorial des cinq chaînes et en promettant davantage d'innovation dans les programmes.

"Faire émerger un nouveau modèle économique pour la diffusion" des programmes ferait aussi partie de la profession de foi de la nouvelle présidente. Celle qui prendra ses fonctions dans 120 jours promet un "pacte" entre la télé publique et le secteur de la production. Elle poursuivra aussi le développement d'une chaîne d'information en ligne, attendue pour septembre.

>> LIRE AUSSI - France Télévisions : Delphine Ernotte Cunci nommée présidente

>> LIRE AUSSI - Présidence de France Télévisions : le CSA très critiqué