Delarue en camping-car contre la drogue

  • A
  • A
Delarue en camping-car contre la drogue
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'animateur partira en tournée en 2011, afin d'informer les jeunes sur les addictions.

Thérapie ou rédemption ? Jean-Luc Delarue a annoncé mercredi à TV Magazine son intention de créer une fondation sur les dangers de l'addiction aux drogues, et de se lancer dans une tournée de sensibilisation. "Début 2011, j'aurai terminé la première étape de ma guérison. La deuxième étape de la méthode Minnesota consiste à rendre ce que l'on vous a donné et à transmettre ce que l'on a appris", a-t-il expliqué, annonçant ainsi un tour de France des lycées et des collèges.

"Je vais donc prendre la route avec un camping-car et partir dans une cinquantaine de villes en France, en Suisse et en Belgique pendant trois mois à raison de quatre à cinq jours par semaine. Je pense commencer en février ou en mars et je dormirai dans mon camping-car", a-t-il précisé.

"Je veux surtout partager mon expérience et aider les jeunes qui courent le risque de se retrouver un jour dépendant de la drogue ou de l'alcool", a-t-il annoncé. Sa fondation aidera les jeunes à lutter contre les addictions aux drogues, "dont fait partie l'alcool", considère-t-il.

Celui qui a définitivement quitté la présentation de Toute une histoire, confiée à Sophie Davant, a l'intention de rencontrer "les parents qui le souhaitent" à l'issue de "vrais débats, avec questions et réponses".

"Je l'ai trouvé très bien, très ému"

Nicolas Vollaire, le rédacteur en chef de TV Magazine, a raconté sa rencontre avec Jean-Luc Delarue au micro d'Europe 1, au lendemain de sa sortie d'une clinique suisse où il était en cure de désintoxication. "Il avait un besoin de parler, car il avait très peu de contact avec l’extérieur et ne parlait qu’avec des gens comme lui", explique-t-il. Mais "je l’ai trouvé très bien. Il y avait en lui un mélange de soulagement, de joie et d’émotion. Je l’ai trouvé très très ému et rarement aussi sincère", analyse-t-il avant d'ajouter que "ce problème de drogue faisait qu’il était souvent obligé de mettre un masque" dans ses précédentes interviews.

"Il a été soigné aussi pour un problème d’alcool", assure Nicolas Vollaire, et "dans cette méthode vient une période où l’on doit rendre ce que l’on a appris". C'est pourquoi, affirme-t-il, Jean-Luc Delarue souhaite parcourir la France pour parler de la drogue aux jeunes. C'est "une idée un peu folle", aurait confié l'animateur de télévision au rédacteur en chef de TV Magazine, et elle lui "est venue spontanément".

"Je me sens très bien"

La garde à vue de Jean-Luc Delarue, le 14 septembre dernier, avait fait grand bruit. Depuis, l'animateur de télévision soigne sa dépendance aux drogues dans une clinique suisse. "Je me sens très bien, soulagé, comme libéré d'un poids", confie-t-il. "On est isolé, sans téléphone, avec peu ou pas de contact avec l'extérieur.", a-t-il expliqué, précisant qu'il se lève très tôt, et a rejoint "un groupe d'une douzaine de personnes dépendantes des drogues".

Un retour en deuxième partie de soirée ?

Jean-Luc Delarue salue le travail de Sophie Davant. "Sophie Davant fait un super boulot sur Toute une histoire", a-t-il commenté, précisant que son remplacement était le fruit d'"un commun accord avec France 2".

Il continue son activité de producteur, notamment à travers la nouvelle émission de télé-vérité de TF1, Un Homme de loi, diffusée le 30 novembre. Il a confié son souhait de "créer une émission de deuxième partie de soirée", tout en concédant qu'il a "besoin de prendre (son) temps". "Pour l'heure, c'est d'abord à mon rétablissement que je dois penser", a-t-il ajouté.