Comment M6 veut remonter la pente

  • A
  • A
Comment M6 veut remonter la pente
Après une année 2013 décevante, M6 espère rehausser son audience en 2014.@ MAXPPP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - La chaîne et sa petite sœur W9 ont vu leur audience diminuer en 2013. Comment rebondir en 2014 ?

Elle ne peut plus se targuer d'être "la petite chaîne qui monte". M6 est l'une des perdantes du bilan 2013 des audiences de la télévision. Sa part d'audience s'est établie à 10,6%, soit une baisse de 0,6 point par rapport à 2012. Une contre-performance qui vient interrompre deux années consécutives de hausse. Même si, à la direction du groupe, on tient à nuancer cette mauvaise nouvelle, et on préfère se tourner vers les mois à venir.

Une "chaîne challenger". "Le groupe M6 va très bien", a assuré Thomas Valentin, vice-président du directoire de M6, en charge des antennes et du contenu, au micro du Grand Direct des médias, mardi sur Europe 1. Pourtant, contrairement à 2012, la chaîne n'est pas présente dans le classement des 100 meilleures audiences de l'année. Un symbole ? "Ce n'est pas un problème pour nous", rétorque Vincent Valentin, qui assume le statut de "chaîne challenger" de la Six. "Les 100 meilleures audiences, ça ne représente pas l'alpha et l'omega de la télévision", insiste-t-il.

"Des audiences décevantes" pour Ice Show. En 2013, M6 a notamment souffert en prime time. Plusieurs nouveautés ont été des échecs d'audience. Un air de star, ce divertissement dans lequel des célébrités devaient imiter des chanteurs, n'a pas survécu à sa première saison. Quant à Ice Show, le concours de patinage diffusé cet automne, il n'a pas réussi à convaincre un grand nombre de téléspectateurs. "Ice Show a eu des audiences décevantes, mais c'était une très belle émission et nous travaillons actuellement sur une deuxième saison", se défend Thomas Valentin, qui demande du temps : "certaines émissions comme Top Chef ou L'amour est dans le pré ont démarré relativement bas et sont devenus des succès". Le numéro deux de M6 met aussi en avant l'audace de sa programmation : "innover, c'est évidemment prendre le risque d'avoir un échec", avance-t-il.

Un nouveau télé-crochet cette année. Des nouveautés, M6 en a plusieurs dans les cartons pour 2014. A commencer par Rising Star, ce télé-crochet acquis par la chaîne en septembre. "Rising Star est un phénomène absolument incroyable, qui a atteint 49% de parts de marché en Israël et que toutes les grandes télévisions du monde ont acheté", proclame Thomas Valentin. L'originalité de ce format réside dans l'interactivité : les téléspectateurs voteront dès la phase des castings, gratuitement, grâce à une application dédiée.

A venir également, Qu'est-ce que je sais vraiment ?, un quiz animé en prime time par Karine Le Marchand et Stéphane Plaza, qui opposera des étudiants à des personnalités. Mais aussi le futur talk-show de Valérie Damidot, dont la principale intéressée parle depuis de nombreux mois… "On a fait deux pilotes, ça progresse", assure Thomas Valentin, qui annonce que cette émission devrait être programmée le week-end, dans l'après-midi.

W9 baisse aussi. En 2013, le groupe M6 a également essuyé un recul de W9, sa chaîne de la TNT, qui est passée sous la barre des 3% de part d'audience. "W9 est toujours la première chaîne TNT en prime time et la première des moins de 50 ans de la TNT", se défend Thomas Valentin. "C'est vrai qu'avec six nouvelles chaines et le changement de propriétaire de D8, il y a une concurrence nouvelle", explique-t-il, "mais W9 a réussi à garder sa puissance en prime time et son renouvellement en access".

6ter, la dernière-née. Enfin, Thomas Valentin s'est félicité de la création de 6ter, l'une des six chaînes de la TNT gratuite lancées en décembre 2012. Avec 0,5% de part d'audience en 2013, 6ter a pris la deuxième place des six petites nouvelles, devancée par HD1 (groupe TF1). Pour le numéro deux de M6, 6ter "a très bien démarré" et "a trouvé son identité", celle d'une chaîne "destinée à être partagée par toute la famille". Et qui permet à M6 d'apporter une touche positive à un bilan 2013 plutôt sombre.