Anonymat des terroristes : "on peut continuer d'informer (...) sans avoir besoin de les citer"

  • A
  • A
Partagez sur :

Nicolas Escoulan, directeur de la rédaction d'Europe 1, a expliqué la position de la station concernant l'anonymat des terroristes.

"La position d'Europe 1 est très simple : ne plus citer les noms et ne plus montrer les photos des terroristes". Dans Le grand direct des médias, Nicolas Escoulan, le directeur de la rédaction d'Europe 1 est revenu jeudi sur la décision de la station de ne plus donner les noms des terroristes à l’antenne et de ne plus diffuser leur photo sur Europe1.fr, afin de ne pas participer à leur glorification.

"L'un des objectifs des terroristes est d'attirer sur eux une forme d'héroïsation". Depuis quelques jours, les différentes rédactions des médias français se posent en effet la question de diffuser, ou non, les photos et les noms des auteurs d'attentats. "L'un des objectifs des terroristes est d'attirer sur eux une forme d'héroïsation et de faire parler d'eux", indique Nicolas Escoulan. "On peut continuer de faire notre travail, d'informer, de raconter qui ils sont (...) sans avoir besoin de les citer ou de donner leur identité". Sur Europe1.fr par exemple, vous ne trouverez que le prénom et la première initiale du nom des terroristes sous cette forme : "Adel K."

"Je ne suis pas favorable à un accord des médias". Qu'en est-il des autres médias ? Le Monde, La Croix ou encore BFMTV ont eux décidé de ne plus diffuser les photos des auteurs d'attentats mais de toujours donner leur identité. Le Figaro, de son côté, continuera de diffuser les noms des terroristes. "Je ne prétends pas avoir raison, seul contre tous les autres", explique le directeur de la rédaction d'Europe 1. "Je ne suis pas favorable à un accord des médias ou encore moins à une injonction qui viendrait du gouvernement ou du CSA", ajoute Nicolas Escoulan, estimant que "les médias qui souhaitent continuer de donner l'identité des terroristes ne sont pas irresponsables".