"L'e-cigarette pourrait agir comme un patch"

SAISON 2013 - 2014
  • A
  • A
Partagez sur :

"La cigarette électronique aura au moins permis de parler des dangers du tabac", explique Agnès Delrieu.

Agnès Delrieu, médecin tabacologue, chargée de mission à l’Office Français de Prévention du Tabagisme

Ses principales déclarations :

"Je ne peux pas confirmer qu'il y a un souci avec l'e-cigarette chez les jeunes : il n'y a pas d'étude ! Ce que j'ai, ce sont des suppositions : la cigarette électronique est un gadget qui peut intéresser les jeunes ! L'étude Paris sans tabac faite depuis de nombreuses années dans les lycées et collèges parisiens, simple question : "Avez-vous utilisé au moins une fois la cigarette électronique ?" Chez les jeunes , de 2012 à 2013, on est passé 8 à 18% !"

"La cigarette électronique, une porte d'entrée vers le tabac ? Non, ça veut dire qu'ils ont essayé la cigarette électronique, mais ils ne sont pas forcément des consommateurs réguliers ! Mais ça les intéresse ! Est-elle addictive ? On ne le sait pas. On attend des études. Il y a un effet jouet, gadget : en mai 2013, dans un lycée, tous les gamins plus ou moins fumeurs essayaient la cigarette électronique. Ils étaient moins nombreux en septembre : l'effet de mode était déjà passé. Elle n'a pas les mêmes effets, le plaisir est différent."

"Ce qu'on sait, c'est que les fumeurs qui utilisent la cigarette électronique finissent par baisser leur concentration en nicotine : elle pourrait donc avoir un effet patch. Quant à développer la tabagie chez les jeunes, il faut voir à long terme. Mais prendre de la nicotine quand on en a jamais pris : ça peut rendre malade. Mais y'en a t-il dans les liquides essayés par les jeunes ?"

 

"La publicité pour la cigarette électronique, je suis choquée ! On retrouve le marketing des cigarettiers pendant des années : les hommes plus virils, les femmes plus féminines, les gamins plus adultes... On souhaite, dans le rapport, que la publicité soit interdite."

"Que dire aux parents ? Que le vrai problème, c'est la cigarette. La cigarette électronique a permis de parler des dangers du tabac. Si le gamin a acheté cette cigarette : comment a t-il fait ? On ne peut pas en vendre aux mineurs ! Il faut parler du tabac, du vrai."

"Par contre, on va vers la dépendance comportementale ! Le geste, le rond de fumée, les goûts ! Il y a même des goûts alcool ! Goût mojito ! Il faut en parler. Je ne sais pas ce que ça donne au long terme sur la dangerosité..."

"Passer par ricochet de la cigarette électronique vers la vraie cigarette ? Bien sûr. Il faut surveiller les rachats de fabricants de e-cigarette par les cigarettiers. Qu'est-ce qui les empêchera de mettre des addictifs dans les e-liquides ? C'est un danger."

 

Marisol Touraine présente ses vœux. Que voudriez-vous qu'elle annonce sur la cigarette électronique ?

"J'aimerais tellement qu'on parle du tabac qui tue 73.000 personnes par an ! La e-cigarette est un moindre mal. C'est beaucoup moins dangereux, mais je crois qu'il faut quand même réguler la publicité."

A noter également, cette enquête Europe 1 dévoilée ce matin dans nos journaux.

Les proviseurs s'inquiètent de l'essor de la cigarette électronique dans le secondaire. Un essor non réglementé et parfois soutenu par les parents. La mode s'installe. "Je fume pas monsieur, je 'vapote'!" Que peut répondre un directeur de lycée face à cela ? En l'absence d'un statut clair, les chefs d'établissements du secondaire sont contraints d'improviser face aux élèves adeptes de la cigarette électronique. Car même si elle reste interdite aux mineurs en France, la mode s'installe.

"C'est très bien, ça a beaucoup de goût et c'est bon pour la santé", se vante ainsi au micro d'Europe1 Antoine, lycéen parisien qui "vapote" avec ses camarade à chaque sortie de classe, et parfois même pendant. D'abord l'e-cigarette, ensuite la cigarette. Chargée en nicotine, l'e-cigarette peut pourtant conduire les élèves, et notamment les mineurs, a contracter une addiction. La première fois que Romain a fumé, c'était une cigarette électronique... achetée le jour de ses 14 ans. "C'était rigolo. Aujourd'hui je fume cinq cigarettes (normales) par jour", confie-t-il. Du coup, les proviseurs tentent tant bien que mal d'empêcher la "vapeur" de se propager dans leurs établissements. Si les élèves vapotent, "on leur confisque leur téléphone portable et on prévient les familles", raconte ainsi Michel Richard, proviseur dans un collège de Versailles et membre du Syndicat national des proviseurs, au micro d'Europe1. "Certaines familles arrivent dans le quart d'heure et découvrent même que leur enfant a acheté une cigarette électronique, dont le coût s'élève pourtant à plus de 50 euros", poursuit-il.

http://www.europe1.fr/France/La-mode-de-l-e-cigarette-gagne-les-ados-1777337/

Les parents trop tolérants ? Mais tous les parents ne découvrent pas la nouvelle pratique de leurs enfants par un coup de fil de l'établissement. Certains en sont bien conscients, voire cautionnent le "vapotage". Benjamin tient une boutique de cigarettes électroniques. Il voit défiler des lycéens mais surtout des parents, qui viennent avec leurs ados. "Les parents sont souvent des fumeurs et ils savent qu'ils ne feront pas arrêter leurs enfants en leur disant d'arrêter. Du coup, ils pensent à la cigarette électronique", témoigne ce vendeur.

La loi attendue "avec impatience. "Nous attendons avec impatience la loi qui va interdire l'e-cigarette dans tous les lieux publics", insiste donc Michel Richard, soucieux d'enrayer cette nouvelle mode. En attendant, de nombreux proviseurs promettent d'inscrire l'interdiction de la cigarette électronique dans leurs règlements intérieurs d'ici la fin de l'année. De son côté, le ministère dit suivre le sujet de près, sans pour autant envisager de directive nationale pour le moment.

Les émissions précédentes