Merah : le seul rescapé parle de "miracle"

  • A
  • A
L'interview de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe 1 Matin
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Bryan Bijaoui, la seule victime rescapée de la tuerie d'Ozar Hatorah est revenu sur le drame de Toulouse au micro de Thomas Sotto.

Bryan Bijaoui, seule victime rescapée de la tuerie d'Ozar Hatorah

Ses déclarations :

 

Vous avez 17 ans, vous avez reçu une balle de Mohamed Merah en 2012. Vingt mois après les faits, comment allez-vous ?

"Grâce à Dieu, je vais bien. Moralement, ça va. Physiquement, je suis toujours avec un médecin et un kiné. J'ai été touché un peu partout : les poumons, l'estomac, le diaphragme..."

Vous arrivez à avoir une vie normale ?

"Je m'essouffle rapidement mais on s'y habitue, je travaille pour améliorer ça. Psychologiquement, ça va."

"Je vis avec, c'est tout"

Arrivez-vous à passer autre chose ?

"C'est quelque chose que je n'essaie pas d'oublier mais dont j'essaie de me servir pour avancer. Je ne dirais pas que j'y pense tout le temps ou que je n'y pense pas du tout, c'est quelque chose qui fait partie de ma vie, j'essaie d'avancer comme je peux."

Vous arrivez à avoir une vie d'ado ?

"Bien sûr, mais avec modération. Je vis avec, c'est tout."

 

Vous êtes très religieux. Après un tel drame, on arrive encore à croire ?

"C'est un miracle si je suis encore là ! Ne plus croire en Dieu après cela me semble impossible."

Quel souvenir gardez-vous de ce qui s'est passé le 19 mars 2012 ?

"Je n'ai pas envie de répondre, désolé. J'ai des souvenirs, oui, mais je n'ai pas envie de les divulguer."

Peut-on pardonner quand on est religieux ?

"Bien sûr."

Merah "fait quand même un peu partie de ma vie"

Même à Merah ?

"Je ne peux pas répondre, je n'en sais rien."

Pourquoi éluder toutes les questions liées à Merah ?

"C'est... Je ne suis qu'un homme, je ne peux pas juger. Je ne peux pas me le permettre. Chacun a sa manière de faire, je ne suis pas parfait pour parler des autres."

Suivez-vous l'enquête sur Merah ?

"Ça ne m'intéresse pas."

Vous l'avez rayé de votre vie ?

"Il fait quand même un peu partie de ma vie... Il y a joué un grand rôle ! J'essaie de faire abstraction, de reprendre une vie normale. Les cours, mes amis..."

Pourquoi avoir décidé de parler ce matin ?

"Honnêtement, quand on m'a proposé cette interview, j'ai tout de suite pensé non. Après y avoir réfléchi, je me suis dit pourquoi pas. La plupart des gens qui m'ont soutenu ne savent pas ce que je suis devenu : je me suis dit que c'était un moyen de leur dire ce que je suis devenu..."

François Hollande va se rendre au cimetière Givat Shaul de Tel Aviv pour rendre hommage aux victimes de Merah. Ce déplacement est important, il vous touche ?

"Je vais faire une réponse un peu bateau, mais... C'est gentil qu'il fasse ça. C'est un bel hommage, il n'était pas obligé de le faire. Ça me touche quelque part, mais sans exagération."

 

Vous aimez beaucoup le sport, vous allez regarder le match ce soir ?

"Malheureusement j'ai mon bac blanc ! Je vais le laisser à la télé."