Arielle Dombasle : "Le chant, le propre de l'Homme"

SAISON 2012 - 2013
  • A
  • A
Partagez sur :

Arielle Dombasle se réjouit de l'arrivée de la fête de la musique malgré la crise du disque car "la vie serait une erreur sans musique".

Les principales déclarations d'Arielle Dombasle :

 

Fête de la musique aujourd'hui. Que faites-vous ce soir ?

"Je chante tous les jours ! La fête de la musique, c'est très exaltant ! Ca a été inventé en France ! C'est bien, de dédier un jour à la musique... C'est grand !"

A propos de la situation du marché du disque. Peut-on parler de fête ? N'y a t-il pas de l'ironie ?

"Oh, non, aucune ironie... Dans tous les pays, le chant est le propre de l'Homme, comme la prière. C'est tellement fondamental. Chanter, c'est gloire à la vie, au fait d'être vivant. Le chant, la musique, c'est un langage en soi fondamental ; la vie serait une erreur sans musique."

En tant qu'artiste, imaginez-vous des solutions comme supprimer le disque ?

"Absolument pas ! Les gens ont un rapport au CD absolument fétichiste ! C'est comme un objet qui vous est cher, ça ne disparaitra jamais. Un support musical changera de forme, mais c'est comme tout, c'est comme l'information, le net... On change de langage, d'époque, on est au XXIème siècle, la musique s'adapte à des supports différents. Il y a un peu une révolution, un chaos, mais c'est momentané : la musique c'est le propre de l'Homme, ça ne disparaitra jamais.

"Moi j'écoute de la musique en CD..."

Vous ne téléchargez pas illégalement ?

"Ca m'est arrivé ! Comme tout le monde... Bien sûr ! Au début, oui, illégalement... Ce n'est pas bien ! J'en ai été victime moi-même... Je suis extraordinairement piratée. Mais il faut se dire que les gens vous écoutent, vous aiment. Ils vous piratent pour la bonne cause puisqu'ils aiment votre musique..."

A propos de son nouvel album :

"Des chants sacrés, tirés des versets bibliques. La plupart des thèmes, le cœur de la musique de ce qui exalte le plus : c'est du Bach, du Fauré, du Purcell... Il y a ce son d'Era qui est assez unique, cette espèce de mystère. Je ne voulais pas juste chanter des cantates ou des oratorio, ce que j'ai fait auparavant, j'ai souvent chanté dans des églises. Nous avons enregistré à Londres avec des chœurs étonnants : ce sont des prières, diverses formes de prières, Lavento, Ave Maria..."

Vous avez tourné un clip à la chapelle du Val de Grâce, l'aumônier vous accuse de blasphème...

"Et de profanation ! J'étais extraordinairement choquée, j'ai d'abord envie de demander pardon aux gens que j'ai offensés. Je suis catholique, élevée au Mexique... Je suis une vraie catholique, je suis quelqu'un qui a la foi, qui l'a toujours eue... Le fait que ce soit moi, l'aumônier l'a très mal pris..."

Il a dit que le Val de Grâce n'était pas le Crazy Horse...

"Voilà ! C'est aussi toujours la place des femmes, la femme à l'intérieur des religions... Il suffit parfois de ne pas avoir l'allure convenue... Ce que je transporte avec moi, ce que je suis, qui n'a pas plu, il a pensé que c'était sacrilège..."

Vous aviez l'autorisation, vous n'êtes pas entrée par effraction !

"Mais non ! C'est Era qui a tourné le clip... C'est un hôpital militaire, c'est Anne D'Autriche, c'est une abbaye, un endroit consacré, je chante un Ave Maria, c'est fait pour être chanté dans les églises, c'est Gloire à la Vierge Marie, la mère de toutes les femmes... La bonté, la grâce… Je n'allais pas saccager le Val de Grâce..."

"Je me dis qu'une partie de l'Eglise a malheureusement des réflexes presque intégristes. C'est ça qui éloigne tous les jeunes des églises. Les églises sont vides, elles ferment les unes après les autres. La religion catholique, la chrétienté, le message de Dieu, le Christ, La Vierge Marie, c'est merveilleux, c'est quelque chose qui nous fait vivre, nous exalte..."

A propos du débat sur le mariage pour tous, qu'avez-vous pensé de la mobilisation de l'Eglise ?

"Evidemment, la position de l'Eglise, sur la contraception, etc., ce sont des problèmes théologiques extraordinairement complexes... Ce qui m'a le plus étonné et, vraiment, frappé, c'est la brutalité avec laquelle les gens sont sortis en France, parce que ça n'est arrivé qu'en France... Le mariage, qu'est-ce que c'est ? C'est un serment d'amour, c'est pour permettre aux gens de les aider un peu, de les protéger..."

Ça vous a choqué ?

"Ça m'a choqué, l'amalgame, aussi... J'ai été une des premières à aimer le mariage ! Je suis quelqu'un qui a exalté le mariage depuis toujours ! C'est une institution merveilleuse, une preuve de civilisation... C'est aider les gens ! Les gens sont seuls, tout est fragile ! Deux êtres qui s'aiment, tout est fait pour les séparer... C'est tellement beau, il faut le prendre comme ça..."