La fausse lettre

  • A
  • A
Deux minutes net est une chronique de l'émission Europe 1 matin - Bruce Toussaint
Partagez sur :

Une imposture numérique incroyable rend la vie impossible à une octogénaire de Vienne dans l'Isère.

C’est le dauphine.com qui raconte cette histoire folle. Voilà plus de 2 ans que son nom, son adresse et son numéro de téléphone sont divulgués sur le web. Des milliers d’internautes lisent une lettre qu’elle aurait prétendument signée. Elle y raconte que son fils a été je cite «assassiné cruellement dans la station-service où il travaillait de nuit pour pouvoir payer ses études et aider sa famille». C'est totalement faux. Son fils n’a pas été assassiné…

 Mais à qui est adressée cette fausse lettre qui circule sur le Web ? Et quel est son but ?

 C’est là que ça devient dément. Dans ce courrier elle s’adresse à la supposée mère du meurtrier de son fils. Une femme qui protesterait publiquement contre le transfert de son fils, « l’assassin », de la prison de Lyon vers celle de Mulhouse. Une mère qui surtout serait soutenue par des médias complaisants. Mais là où on nage dans le délire c’est quand je vais vous donner l’identité de la destinatrice du courrier ; la prétendue mère de l’assassin…

 Allez y….

Depuis quelques semaines, le « Chère Madame » qui ouvrait la lettre originale est devenu « Chère Madame Taubira ». Par mail, dans des forums d’extrême droite, notamment, ou sur des pages Facebook, coule le poison de la rumeur. J’ai trouvé la lettre en deux clics, je l’ai ici. Je répète que tout est faux. La brave dame n’a eu connaissance du courrier que le 27 mai par un internaute. Elle reçoit des coups de téléphone depuis que des faisans ont glissé le nom de la Garde des Sceaux. Elle a donc déposé une main courante au commissariat fin mai, mais le mal est fait. Si cette chronique peut aider à tordre le cou à la rumeur, je n’aurai pas servi à rien… Et je tiens à la disposition de ceux qui doutent des versions portugaise et espagnole de ce même hoax, datant de 2007 !