La bourde de François Hollande sur l'Algérie

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le président s'est félicité du retour "sain et sauf" de Manuel Valls d’Algérie. En une boutade ratée, il gâche la bonne relation qu'il entretenait avec les autorités algériennes.

L’info politique avec vous Antonin André, retour sur les coulisses de l’incident diplomatique avec l’Algérie, incident provoqué par une petite phrase de François Hollande prononcé lundi dernier, 16 décembre...C’était à l’occasion du 70e anniversaire du CRIF, le président se félicitant  du retour sain et sauf de Manuel Valls d’Algérie… A quel moment François Hollande a pris conscience d’avoir dérapé ?

Pas le soir même, ni le lendemain... Non Le président prend conscience que son trait d’humour a choqué, vendredi après-midi après que la cellule internet de l’Elysée a fait remonter l’ampleur de la polémique sur internet et sur les réseaux sociaux. François Hollande évoque alors  le sujet son conseiller diplomatique:  le président est embêté de l’interprétation de ses propos : « je ne visais pas précisément l’Algérie », regrette manifestement François Hollande devant quelques collaborateurs ……Le quai d’Orsay est alors chargé de prendre contact avec les autorités algériennes pour évaluer le niveau d’irritation des officiels algériens… « il est contenu » ….affirme un conseiller qui a géré le dossier en direct...Mais ce qu’on comprend en discutant avec les uns et le autres, c’est que l’Elysée, comme le pouvoir algérien sont inquiets de l'embrasement  d’une partie de l’opinion publique algérienne toujours très sensible dès qu’il s’agit des mots employés par la France. « Il y a encore beaucoup de gens  qui ne nous aiment pas en Algérie », décrypte un diplomate… C'est pourquoi hier, le Président décide de publier un communiqué dans lequel « il exprime ses sincères regrets ». Et voilà comment une boutade le lundi, conduit le chef d'Etat de la 5e puissance du monde à s'excuser publiquement le dimanche pour éviter une crise diplomatique majeure...

A priori Antonin, on comprend que François Hollande a fait son méa culpa à temps, l'incident en restera là, il n 'y aura pas de conséquences...

Non si ce n'est qu'il y a un an quasiment jour pour jour, le 20 décembre 2012, François Hollande devant le Parlement algérien avait prononcé un discours de réconciliation... reconncaissant l'utilisation de la torture, les massacres et le caractère injuste de la colonisation. Et bien en une boutade il en gâche les effets auprès de l'opinion algérienne...Ajoutons à celà les critiques de la droite : un  dérapage verbal indigne d'un président, jusqu'à la nausée exprimée par jean-Luc Mélenchon ...il ne reste rien du discours historique de François Holalnde à Alger

en même temps, François Hollande est connu, reconnnu même pour son sens de l'humour, c'est son style, sa personalité , c'est incompatible avec la fonction de chef d'état ?

dans le cas de François Hollande - un récidiviste - c' une prise de risque pas toujours contrôlée... Exemple: difficile de rire du pape avec les plus fervents de nos compatriotes.. Lorsque Benoit 16 démissionne, François Hollande en rit: "nous de présentons pas de candidat". déplacé, choquant disent certain...Et puis il y a un dommage indirecte pour Fançois Hollande: celà abime sa stature de président. c'était il y a quelques semaines. Il visite une usine automobile à Monaco on lui présente un prototype baptisé Volage, le président  ne peut retenir sa blague Volage? "ce n'est pas parce que le Prince albert la conduit" ... C'est peu-être drôle -  et encore - mais ça n'est en tous cas pas du niveau d'un président.